Bangui : Vente illicite de médicaments à l’hôpital communautaire

Bangui, 21 septembre 2012 (RJDH) – Certains parents des malades se plaignent de la vente  parallèle de médicaments par le personnel soignant, dans les hôpitaux et les centres de santé dans la ville de Bangui. Ces agents de santé conditionnent parfois le traitement des patients à l’achat de leurs propres produits.

« Ma femme était  sur le point d’accoucher. Arrivé à l’hôpital Communautaire les sages-femmes qui étaient de garde ont prescris  une ordonnance. Quand j’ai voulu aller acheter les médicaments à la pharmacie, une d’entre elles m’a obligé de n’acheter que ses propres produits. Elle a menacé de ne pas s’occuper de ma femme si j’achetais les produits ailleurs», a  témoigné un parent qui habite le 5ème arrondissement de Bangui qui a accompagné son épouse à la maternité, il y’a deux semaines.

La même source a précisé que pour sauver la vie de sa femme, il était obligé d’acheter les produits vendus par la sage-femme, « parce qu’elle ne voulait pas s’occuper de ma femme. En plus, la personne qui l’a aidé à accoucher était une stagiaire qui ne maîtrisait pas encore les techniques d’accouchement, parce qu’elle tremblotait», dit-il.

Ces mêmes cas de vente illicite de médicaments sont aussi signalés au service des urgences de  l’hôpital communautaire. Certains parents des malades affirment que les infirmiers font la surfacturation des médicaments pour rançonner les malades.

Interrogé par le RJDH, une des responsables du service de la maternité de l’hôpital Communautaire qui a requis l’anonymat, a signifié que  « notre rôle est de sauver des vies, et non de vendre des médicaments d’une manière illégale ».

« Tout doit être payé à la caisse de la pharmacie. Les infirmiers ne doivent pas vendre les médicaments parallèles aux patients », a dénoncé le major du service des urgences de l’hôpital communautaire de Bangui, l’adjudant-chef  Ferdinand Kossala.

Le directeur de l’hôpital  communautaire, le général Romain Guitinza, invite les parents des malades à dénoncer la vente illicite des médicaments par certains agents de santé.

Selon lui, toutes personnes  qui seront dénoncées par les parents seront sanctionnées. « Je prendrais toutes les dispositions nécessaires pour lutter contre cette pratique dans  tous les services », a-t-il conclu.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 3 124 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 124 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :