Bangui : Les éléments du FPR, divisés sur la déclaration de leur chef

Baba Laddé, chef du FPR

Bangui, 5 octobre 2012 (RJDH) – Les éléments de l’ex-rébellion tchadienne du Front populaire pour le redressement (FPR), ne sont pas unanimes sur la déclaration de leur chef, Abdel-Kader Baba-Laddé, qui, depuis Ndjamena, leur demandant de rester sur les sites de cantonnement, en République centrafricaine, le temps de négocier avec le gouvernement tchadien, un programme de démobilisation pour eux.

Pendant que les éléments basés dans la préfecture de la Ouaka, dans le centre du pays, commencent à être acheminé vers la frontière, malgré la déclaration de leur leader dans un média international, ceux du nord refusent de coopérer et suivent la déclaration de Baba-Laddé qui voudrait avoir des précisions du gouvernement tchadien sur un programme de Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) en faveur de ses hommes.

Ceux qui sont regroupés dans la zone de Kabo et de Kaga-Bandoro et qui devaient se regrouper au village de Bokandji, à 26 km de Kabo, ont refusé ce matin de rejoindre les lieux. Il en est de même pour ceux de Farazala, à 36 km de Kaga-Bandoro. Dans la foulée, les autorités politiques, administratives et militaires ont tenu une réunion pour aller à la rencontre des éléments pour un dialogue.

Du côté d’Ippy, les éléments sont toujours mobilisés. D’après une source proche de ces ex-rebelles, jointe par le RJDH depuis Ippy, ils sont disposés à rentrer au Tchad, car « Baba-Laddé qui est rentré depuis le 5 septembre à Ndjamena, vit bien et nous souffrons ici dans la brousse en territoire étranger », affirment-t-ils.

Le comité mis en place pour le rapatriement de ces ex-rebelles confirme cette information. Firmino Ferreira, chargé de communication de ce comité a affirmé qu’« à l’instant, 200 éléments du FPR sont déjà à Ippy et attendent leur rapatriement vers le Tchad. Des pick-up font la navette entre Ippy et Madounguéré où d’autres éléments sont cantonnés. Les éléments sont coopératifs et nous pensons que rien ne pourrait empêcher cette opération ».

Le premier convoi de 15 véhicules qui doit transporter plus de 500 personnes n’a toujours pas quitté Ippy. Le comité du rapatriement évoque des raisons techniques. « Dans les prochains jours, le convoi va quitter Ippy à destination de la ville de Sido où ces hommes seront remis aux autorités tchadiennes », indique Firmino Ferreira.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 3 122 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 122 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :