Bangui : Abdoulaye Issène attendu à Bria, la population s’inquiète

Abdoulaye Issene, chef de la CPJP © RJDH

Bangui, 22 octobre (RJDH)–, Les habitants de la ville de Bria (centre-nord) ont été surpris le vendredi 19 octobre, du retour lourdement armés des éléments de l’ex-rébellion de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP). Ces éléments sont de retour dans la ville pour attendre leur chef, Abdoulaye Issène, dans le cadre de la sensibilisation au programme du Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR). Le président de la CPJP, appelle la population au calme.

Arrivés dans la ville aux premières heures de la soirée, ces éléments de la CPJP ont envahi les quartiers Mandé, Ndrou 1, 2, 3 et le quartier Piya, théâtres d’affrontements meurtriers en septembre 2011, avec l’autre ex-rébellion de l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR).

« Nous vivons dans la peur à cause de ce que nous avons connu. Ces hommes sont en train de violer l’Accord de cessez-le-feu qu’ils ont signé eux-mêmes, leur interdisant de revenir à Bria. Ils doivent quitter la ville ; le plus vite serait le mieux », a déclaré un habitant de la ville qui a perdu un proche lors des évènements de 2011.

Joint par le RJDH, Abdoulaye Issène qui se réserve de commenter la peur de la population, affirme seulement que « mes hommes ne sont pas encore désarmés, mais si leur présence est signalée dans la ville, c’est qu’ils sont là pour m’accueillir et non pour créer de nouvelles hostilités».

Le leader de la CPJP précise que « je suis attendu dans la ville dans le cadre de la sensibilisation à la paix et le programme DDR. Je ne suis pas arrivé le samedi comme prévu parce que nous avons connu un désagrément sur le programme de vol de l’avion qu’affrète le Bureau intégré des Nations Unies en Centrafrique (Binuca), pour les opérations. Si tout se passe bien, dit-il, je serais ce mardi à Bria ».

Abdoulaye Issène profite de l’occasion pour appeler la population de Bria et les habitants des quartiers concernés au calme. « Nous avons déjà signé l’accord de paix. Nous ne sommes plus une menace pour la population, nous travaillons avec le gouvernement et le ministère de la défense pour la sécurité de notre pays », a-t-il rassuré.

Après les hostilités de septembre, la CPJP et l’UFDR avaient signé un accord de cessez-le-feu   leurs interdisant de retourner dans la ville de Bria, laissant son seul contrôle aux forces armées centrafricaines.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Joignez-vous à 3  115 followers

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  115 followers

%d bloggers like this: