Bakouma : Les parents des victimes contrariés du retour de safari CAWA

Bakouma, 31 octobre 2012 (RJDH) – Les parents des victimes ont exprimé leur mécontentement, le mercredi 31 octobre, à la suite  de l’annonce de la reprise des activités  de la société Safari CAWA,  à Bakouma (sud-est). Les autorités locales affirment quant à elles que la société est libre de reprendre ses activités.

Il s’agit des parents de 13 jeunes hommes dont les corps ont été retrouvés sans vie dans une mine, dans la zone de chasse d’Eric Mararv, propriété du safari CAWA à Bakouma. Le patron de CAWA et 13 de ses employés avaient été arrêtés et détenus à la prison centrale de Ngaragba pendant huit mois, avant d’être innocentés.

Pour les parents des victimes, la décision de la justice n’était pas équitable, et ils entendent déposer un nouveau recourt. « Nous sommes mécontent du retour d’Eric Mararv dans le cadre de la reprise de ses activités, car c’est lui qui est à l’origine de la mort de nos enfants dont nous continuons à pleurer jusqu’aujourd’hui. Il faut que la lumière soit faite d’abord sur cette affaire », a déclaré Faustin Bandoulou, président de l’association des parents des victimes, dans un entretient avec le RJDH.

Par ailleurs, Faustin Bandoulou demande une confrontation entre les parents des victimes et Eric Mararv, pour que ce dernier s’explique devant la population de Bakouma, « parce que depuis la découverte des corps, il ne s’est jamais présenté aux parents pour donner sa version des faits », a-t-il ajouté.

Par contre, le Sous-préfet de Bakouma, Serge Koguéné, demande aux parents des victimes de respecter la décision de la justice et met en garde toute personne qui tente de s’en prendre aux activités de cette société. « La justice a déjà tranché, donc force reste à la loi. Cette société est libre de reprendre ses activités », a-t-il précisé.

Le porte-parole de safari CAWA Jacques Aïmoussa a annoncé mardi, la reprise des activités de cette société et notamment du retour de son propriétaire Eric Mararv en Centrafrique.  Celui était rentré chez lui en Suède, après sa libération le 6 septembre. La justice qui a tranché, a estimé que le dossier contient de doute et le classe sans suite.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 3 121 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 121 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :