Bangui : L’Université de Bangui pour la promotion des droits de l’homme

Environ 200 étudiants de l’Université de Bangui ont pris part ce matin à la sensibilisation dans le cadre des « 16 jours d’activisme » contre les violences faites aux femmes et aux filles dans l’amphithéâtre Alphonse Blagué, à l’initiative du réseau des étudiants pour les droits de l’homme.

« 14 mille femmes succombent chaque année sous les coups de violence sexuelles et de viols perpétrés par leur conjoint, soit une femme violentée toutes les 35 minutes dans le monde », a souligné le vice-recteur de l’Université de Bangui, Joachim Rouo pour rappeler aux étudiants l’ampleur de la violation des droits humains dans le monde.

Il a aussi cité des cas de violence sociale dus à des croyances et à des certaines pratiques néfastes à la santé, notamment les mutilations génitales dont plus de 130 millions de femmes sont victimes. A cet effet, il a fait remarquer que cette semaine de sensibilisation devrait permettre aux étudiants de prendre conscience de la situation en vue de protéger les droits des femmes.

Car, selon lui, le taux d’infection du VIH/Sida continue d’augmenter à cause de ses violences sexuelles. « La violence faite aux femmes est un combat de société et un combat universel. Face à ce fléau inacceptable qui touche toutes les catégories sociales, il convient de renforcer le cadre juridique pour permettre aux femmes de profiter des mesures de protection », a estimé le vice-recteur.

« L’apport des ONG de défense des droits de l’homme est important pour permettre à chaque étudiants de connaitre ses droits et obligations, afin de construire une société juste et de progrès », a relevé Joachim Rouo souhaitant que cette dynamique du réseau des étudiants pour les droits de l’homme se poursuive afin de faire de l’université de Bangui un haut de protection et de promotion des droits humains.

Pour la section droits de l’homme du Bureau intégré des Nations Unies (BINUCA) l’objectif de l’initiative des 16 jours d’activisme est de pousser la population à changer  de comportement vis-à-vis des femmes. Non seulement en cherchant à renforcer le cadre juridique de protection des felles.

Pour les Nations Unies, le changement de comportement est un élément essentiel pour atténuer les cas de violence sexuelle.

Pour le président du réseau des étudiants pour les droits de l’homme, Éric Térékamé, les  auteurs de tout acte de violence à l’égard des femmes doivent être sanctionnés, pour que règne les droits de l’homme et que la République Centrafricaine devienne véritablement un Etat de droit.

Ces activités se situent dans le cadre de la célébration de la Déclaration universelle des droits de l’homme le 10 décembre.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 467 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :