Bangui : Une consommation publique de la drogue à Bangui

Dans les quartiers populaires de Bangui, aux alentours du marché central,  l’on assiste tous les jours à une consommation publique de la drogue par les jeunes, malgré l’existence d’un office chargé de traquer les drogués.

 « Cette situation nous rend mal à l’aise, l’odeur du chanvre indispose les chauffeurs de taxi et les clients. Une fois drogués ces jeunes subtilisent les téléphones de nos clients et peuvent aussi causer des dommages sur nos véhicules », a témoigné un taximan interrogé ce matin par le RJDH. 

« Nous n’y pouvons rien, seul l’Office Centrafricain de la lutte antidrogue (OCLAD) peut sauver cette situation,» a indiqué un autre conducteur de taxi rencontre au centre-ville de Bangui.

« C’est un problème national, la position géographique de notre pays qui  fait frontière avec la République Démocratique du Congo sur une distance d’environ 250km ne facilite pas le contrôle du trafic de drogue qui le plus souvent vient de ce côté », a confié une source proche de l’OCLAD.

Cette source a expliqué que pour le moment l’OCLAD se contente de traquer les consommateurs de chanvres indiens. Mais selon elle, il ne suffit pas de réprimer les drogués.

« Il serait souhaitable de faire une large campagne de sensibilisation pour une prise de conscience des conséquences de la consommation de la drogue. Car plusieurs opérations de répressions se font tous les jours, mais le phénomène persiste toujours, »       a ajouté la même source.

 « Ce sont les militaires qui viennent fumer parmi nous ici, puis que nous sommes des civils, nous ne pouvons pas les chasser. D’ailleurs d’autres en font le commerce ; ils achètent le chanvre indien  au bord du fleuve, le confie  à leurs parents et les accompagne parfois  pour aller revendre dans les quartiers », a expliqué un jeune drogué interrogé par le RJDH.

Toutefois, malgré la répression de la police, le phénomène de la  consommation en public de la drogue gagne de plus en plus les quartiers populaires de Bangui, créant un sentiment d’insécurité chez les usagers des taxis et des bus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :