Bambari : Vers la reconversion des anciennes exciseuses dans les AGR

Les 30 anciennes exciseuses ayant abandonné cette pratique, il y’a quelques mois à Bambari, sont en formation depuis hier sur les conséquences de l’excision chez la femme et la jeune fille d’une part et sur l’initiation aux  activités génératrices de revenu (AGR) d’autre part, a rapporté Bé-oko.

Cette formation est une initiative du centre d’écoute des femmes juristes de Bambari qui, en partenariat avec l’ONG Mercy Corps, veut faire disparaitre la pratique de l’excision dans la préfecture de la Ouaka.    

Durant les trois jours de formation, il est enseigné aux participantes comment mener une étude de marché, comment battre la concurrence, la détermination du bénéfice, la protection du capital, la comptabilité familiale et le budget ainsi que la gestion du stock.

Les formatrices sont entre autres Clarisse Mokolango, agent psycho-sociale, Lydie Fernande Wiwili agent juriste, ainsi que certaines responsables des associations féminines de Bambari.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 471 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :