Sibut : Le séchage de manioc sur le goudron,un risque pour la santé

Sibut, 18 avril (RJDH) – Le séchage fréquent de manioc sur le goudron dans les préfectures de l’Ombella M’Poko et de la Kémo,  a un impact négatif sur la santé, a relevé un cadre du ministère des transports à radio ICDI.

« Cette pratique est nocive à la santé parce que « le goudron est composé de produits chimiques. Lorsqu’on assèche le manioc sur le goudron, il aspire ces produits dangereux et peut constituer un risque pour la santé de ceux qui consomment ce genre de manioc », a expliqué Fortuné Malik, divisionnaire  des Travaux publics de la préfecture de Kémo, rencontré à Sibut en début de semaine.

Martine Balekouzou, résidant au village Gboyahou à 20 Km de Sibut affirme être consciente de la dangerosité de cette pratique, mais c’est un problème d’infrastructures qui se pose. « Dans notre village, nous sommes conscients du danger que cela représente, mais nous le faisons par manque d’aire de séchage approprié », a-t-elle évoqué.

Il faut relever que sur les axes Bangui – Mbaïki (Sud), Bangui-Boali (Nord-ouest) et Bangui-Sibut Centre-nord) où les routes sont goudronnées,  le manioc est séché sur les marge de goudron en l’absence d’espace approprié.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 470 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :