Bangui : Les victimes de Bakouma seraient asphyxiées selon leurs parents

Bangui, 26 mai (RJDH)- D’après un des parents des victimes de l’affaire Safari CAWA de Bakouma interrogé ce matin par le RJDH, les employés de la société auraient  asphyxié les 13 victimes avec des produits utilisés pour endormir les animaux avant de commettre le forfait.

« Environ 18 exploitants d’or s’était rendus au village Ngbonga, situé à 162 km de Bakouma, au chantier dénommé Ngounguiza dans la propriété de safari CAWA pour une exploitation illicite d’or. Un des exploitants était retourné à Bakouma chercher des vivres pour les autres. A son retour, il aurait constaté la mort des  17  personnes, dont les employées de la société CAWA seraient à l’origine»,  a témoigné Odilon Kada, un des parents des victimes joint par téléphone par le RJDH.

Les responsables de la société safari CAWA interrogés ce samedi à Bangui ont niés les faits. Ils affirment que les chasseurs qui visitent leur zone de chasse  n’utilisent que le fusil  pour chasser et non des produits chimiques.

Le parent des victimes cité ci-haut a indiqué que ce chantier minier est interdit d’exploitation  par le responsable du  safari.  D’après les explications, ce chantier a déjà fait l’objet de tension entre la population et le responsable de la société. Plusieurs fois, le patron de la société, Erik Mararv, a sollicité l’intervention des forces de l’ordre pour interdire à la population de fréquenter les lieux. Ce dernier, un de ses employés anglais, David Simpson et 11 employés centrafricains sont en prison depuis deux mois.

D’après un autre parent des victimes, interrogé depuis Bakouma, « cet assassinat est un meurtre jamais commis dans la localité, même par la LRA. Et donc attribuer cet acte à la LRA, comme supposent la défense des prévenus n’est pas envisageable. Car  les éléments  de Joseph Kony n’ont jamais agit de cette manière. Souvent dans leurs attaques, ils pillent, volent, prennent des otages  pour transporter les butins et les libèrent quelque temps après. La LRA ne tuent pas un grand nombre de personnes pendants ses attaques».

Les rapports d’OCHA et de l’ONG Invisible Children sur les activités de la LRA publiés au 1er trimestre 2012, en République centrafricaine, confirment cette idée des  parents des victimes. D’après les rapports, 20  attaques de la LRA ont été enregistrées en Centrafrique, avec 6 morts et 39 personnes enlevées.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 472 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :