Zacko : La population se plaint de la cherté de la vie

Zacko, 22 juin 2012 (RJDH) – La population  de la ville de Zacko (Est) se plaint de la cherté de la vie à cause de l’augmentation  des prix des produits de première nécessité.

La petite cuvette de manioc qui coûtait 1000 FCFA se vend actuellement à 3000 FCFA. Un kilogramme de sucre acheté avant à           1000 FCFA coûte 1 500 FCFA. Le prix du litre  d’huile d’arachide est passé de 1 200 FCFA à 2 200 FCFA, a indiqué le correspondant du RJDH sur place.

En plus de la hausse des prix, les habitants de ville de Zacko ont consommé leurs  semences à cause des problèmes alimentaires qui ne favorisent pas les activités champêtres.

Alain Alabalé, premier vice président de la commune  de Bakouma, a lancé un appel à l’aide au gouvernement et aux organismes internationaux pour qu’une solution soit trouvée à cette situation.

Selon lui, ce sont les conséquences des affrontements armés entre les éléments de la Convention des patriotes pour la justice et la paix, notamment du dissident Mahamat Salé, et des forces armées centrafricaines, du 2 février 2012 qui serait  à l’origine de cette flambée des prix.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 472 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :