Bakouma : Un sentiment de peur suite à un survol de deux hélicoptères non identifiés

Bakouma, 30 juin 2012 (RJDH) – La population des villages de Dénguilo et de Mbango, à 30 kilomètres de Bakouma (centre-est), a pris la fuite dans la brousse le jeudi 28 juin, de 20 heures à 22 heures, après avoir aperçu deux hélicoptères non identifiés qui survolaient les localités.

Le préfet de Mbomou, joint ce samedi 30 juin par le RJDH, pense qu’« il s’agit bien du retour des malfrats qui ont attaqué, le dimanche 24 juin, le site de la société minière AREVA. La population de ces villages a remarqué que l’un des hélicoptères survolait les lieux en haute altitude tandis que l’autre volait en basse altitude, sans lumière. Pris de panique, les habitants ont pris la fuite ».

Il a cependant indiqué que « jusque-là, rien ne prouve que ces hélicoptères appartenaient aux  éléments de l’Armée de résistance du seigneur (LRA), de l’Ougandais Joseph Kony, soupçonnés d’être à l’origine de l’attaque, dimanche, du site de la société française d’exploitation de l’uranium, à Bakouma ».

S’agissant de l’identité de cette bande armée, poursuit le préfet, « les informations reçues ont confirmé que ce sont les « tongotongo » qui ont saccagé les locaux de AREVA, car ces troupes ne parlaient ni français ni sango. Ils s’exprimaient en anglais et dans une autre langue supposée être le swahili ».

Le préfet a précisé que les deux villages se trouvaient sur la piste que les malfaiteurs ont empruntée pour venir attaquer le site minier. En venant, a-t-il dit, « ils ont au total égorgé deux hommes et en ont pris en otage quatre autres. Ils ont agressé la population civile pour les faire taire afin que les forces de l’ordre ne soient pas alertées de leur présence ».

Serge Kongonet, secrétaire général de la sous-préfecture de Bakouma, a pour sa part souligné que le calme reste toujours précaire suite à ce qui s’est produit dans les deux villages. « La population a été mise en garde, le vendredi 29 juin, de ne pas se promener la nuit dans les environs jusqu’à nouvel ordre », a-t-il précisé.

« Des dispositifs sécuritaires ont été mis en place par le gouvernement depuis Bangui. Les éléments de Forces armées centrafricaines qui assuraient la sécurité de ce site ont été renforcées par un contingent venu de Bangui », a conclu le préfet de Mbomou.

Publicités
Comments
One Response to “Bakouma : Un sentiment de peur suite à un survol de deux hélicoptères non identifiés”
  1. Félicitation pour les nouvelles que vous ne cesser de nous faire parvenir tout les jours du courage

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 470 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :