Sam-Ouandja : Deux fois plus de décès d’enfants victimes du paludisme

Sam-Ouandja, 01 août 2012 (RJDH) – Une soixantaine de décès d’enfants liés au paludisme associé à l’anémie sévère et  à la diarrhée ont été  enregistrés, de mai à juillet, au centre de santé de Sam-Ouandja (sud-est), soit presque le double qu’à la même période l’an dernier.  Seize autres décès, cette fois de personnes vivant avec le VIH/sida, ont aussi été constatés par suite d’une rupture prolongée de produits antirétroviraux.

Selon Romaric Tchémango, assistant de santé et chef du centre de santé par intérim de la localité, un total de 62 enfants a trouvé la mort au cours de ces trois mois, comparativement à 32 cas de décès pour la même période en 2011.

«L’unique centre de santé de cette commune est  isolé de la préfecture de la  Haute-Kotto. Ce centre manque quasiment de tout : des médicaments, du personnel qualifié, et ainsi de suite. Le centre reste inefficace par rapport aux besoins de la population », a-t-il fait savoir.

Selon la même source, le prix  des médicaments vendus sur le marché est élevé. Il y a manque de produit antipaludiques dans la ville. Une ampoule d’artémethere coûte 1500 FCFA sur le marché.  Face à cette réalité, poursuit l’assistant de santé, la situation sanitaire de la population est précaire.

Par ailleurs, celui-ci a fait savoir que  les antirétroviraux sont épuisés depuis novembre 2011. Les personnes atteintes du VIH/sida, explique-t-il, ont connu du jour au lendemain des rechutes. On note actuellement environ 16 cas de décès.

Autre obstacle à l’approvisionnement en médicaments : l’état de dégradation avancée  de la  route. Depuis quelque mois, le comité de gestion du centre de santé ne peut plus s’approvisionner. Le chef de centre se trouve donc depuis le mois de juin à Bria en quête de médicaments.

« La situation géographique de la ville et la dégradation de l’état de la route  qui relie Sam-Ouandja à Bria sont de vrais problèmes. L’impraticabilité des routes affecte  le ravitaillement du centre de santé en produits pharmaceutiques », déplore le chef de centre intérimaire.

Romaric Tchémango lance un appel au gouvernement et aux humanitaires pour qu’ils viennent en aide aux personnes vivant avec le VIH/sida qui manquent de moyens financiers pour se faire soigner.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 472 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :