Mboki : Pas de médicaments pour les malades du sida

Mboki, 14 août 2012 (RJDH) – Les personnes vivant avec le VIH/Sida connaissent des difficultés de prise en charge médicale et de suivi, depuis plusieurs mois dans la sous-préfecture de Mboki (sud-est).

« C’est depuis 2009 que j’ai été déclarée séropositive, j’ai été mise sous traitement de CTM (bactrime). Mais depuis lors, ma santé ne cesse de se dégrader parce qu’il n’y a plus de médicaments, ni une structure spécialisée pour  assurer le suivi des malades », a témoigné une femme malade dans un entretien le mardi 14 août.

Le responsable technique du comité nationale de lutte contre le sida de Mboki, Anguéron Mokpidié, a ajouté qu’en plus du manque de médicaments, il est nécessaire de mettre en place une structure spécialisée de suivi des malades

« En 2011, le taux de prévalence du VIH/Sida était de 11% dans la localité. Avec le phénomène des déplacés provoqué par la LRA, le nombre des personnes infectées pourrait augmenter. D’où nécessité d’installer une structure spécialisée à Mboki », a-t-il souhaité.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 471 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :