Boali : 405 déplacés internes à cause de l’insécurité qui perdure

Boali, 23 août (RJDH)–Le président du comité sous préfectoral de la Croix-Rouge de Bossémbélé (sud-ouest), Honoré Régis Ndotité, a fait savoir que plus de 405 personnes  constituées majoritairement des femmes et des enfants ont fuit, depuis le 22 août, les exactions des bandes armées non identifiées des villages périphériques de Boali, pour trouver refuge dans la ville de Bossémbélé.

Selon lui, la situation sanitaire et nutritionnelle de ces déplacés devient de plus en plus préoccupante. Il lance un vibrant appel aux humanitaires afin de voler au secours de ces personnes  en situation de détresse.

Ce déplacement de 405 personnes est du  à l’insécurité persistante dans les sous-préfectures de Boali et de Bossémbélé. Après le drame du village de Boudouli à 55 kilomètres de la ville de Boali  qui a fait deux victimes le wee-kend  dernier.

Le mardi 21 août des hommes  armés non identifiées ont saccagé des maisons au  village de Zoubara situé à 19 kilomètres de Bossémbélé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 472 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :