Berberati : La population démotivée à faire le dépistage volontaire

Berberati, 24 octobre 2012 (RJDH) – La population de la ville de Berberati (ouest) ne fréquente presque plus le centre de dépistage volontaire de la ville, depuis sa réouverture il y’a deux mois, a déploré  Kévin Guiamba, chef de ce centre.

Selon lui, cette démotivation est due au manque de réactif. « Il y’a plus d’une année que le centre de dépistage volontaire (CDV) de la ville de Berberati a été fermé à cause du manque de réactif. La population a perdu le goût de se faire dépister et le taux de contamination semble augmenter », a-t-il dit.

« Les réactifs sont disponibles pour une durée de quatre mois, grâce  à l’intervention de la Banque mondiale. Il est souhaitable que la population revienne, afin de connaître son statut sérologique. Le dépistage est gratuit », a ajouté Kévin Guiamba.

Le chef de centre a déclaré  que « connaître sa sérologie, c’est garantir sa santé ». Il encourage la population à venir massivement pour se faire dépister, car les prélèvements sont gratuits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :