Berberati : La rupture des ARV expose les personnes vivant avec le VIH

Berberati, 2 novembre 2012 (RJDH) – Les personnes vivant avec le VIH/ sida de la ville  Berberati (ouest) connaissent une rupture des médicaments antirétroviraux (ARV) depuis un mois. Cette situation rend difficile leur condition de vie, a fait observer Gisèle Flore Koyaya, présidente du Réseau centrafricain des personnes vivants avec le VIH/sida.

« La rechute, les résistances des virus et même les décès sont des complications que  les patients subissent depuis un mois. Le jeudi, dernier une malade du sida est décédée suite à la    rechute. Le bilan risque de s’alourdir s’il n’y a pas eu changement», a expliqué Gisèle Flore Koyaya.

Selon les responsables du centre de la prise en  charge médicale des personnes vivant avec le VIH/sida, le ravitaillement des ARV se fait par l’Unité de cession des médicaments depuis Bangui. Et qu’il n’y a aucune stratégie locale pour pallier à cette crise.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :