Bangui : Des policiers et des gendarmes initiés à la protection des droits humains

Bangui, 12 novembre 2012 (RJDH) – Afin d’améliorer le traitement des affaires liées aux pratiques coutumières, le Conseil danois pour les réfugiés (DRC), avec l’appui de l’Union Européenne, a entamé la formation d’une  soixantaine de policiers et de gendarmes à Bangui.

« Il faut que les agents de la police judiciaire puissent prendre conscience de la gravité de la situation. La première porte d’entrée des accusés et des présumés coupables, c’est la police et la gendarmerie. Il faut qu’ils soient en mesure de protéger ces personnes vulnérables », a souligné Célestin Lotomo, directeur de l’école nationale de la police centrafricaine.

Selon lui, « la population est toujours prête à porter des jugements traditionnels sur des présumés sorciers, voleurs, féticheurs, sans attendre que la justice fasse son travail, ce qui est une violation des droits humains », a-t-il ajouté.

De son côté, l’expert juridique nationale auprès de DRC, Gervais Ngovo, souhaite que les forces de l’ordre mènent des enquêtes dans le respect et la dignité humaine.  Car le traitement des personnes accusées de sorcellerie ou de fétichisme en campagne laisse à désirer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :