Bangui : La grève des enseignants contractuels perdure

Bangui, 15 novembre 2012 (RJDH) – La grève des enseignants contractuels du fondamental 1 persiste dans certaines  écoles de Bangui et de l’intérieur du pays. Ceci, après une tentative de négociation de la ministre de l’Education nationale, de l’enseignement primaire et secondaire, Annie Gisèle Nam.

Ceux-ci rejettent la proposition de la ministre qui leur demande de reprendre les enseignements et de poursuivre les négociations.

« Nous ne sommes pas satisfaits des propos de la ministre qui nous demandent de reprendre les activités. Nous allons poursuivre le mouvement jusqu’à ce qu’une solution concrète et durable soit trouvée à notre revendication », a fait savoir un membre du collectif des enseignants, sous couvert de l’anonymat.

A Bangui, les activités semblent reprendre dans certaines écoles primaires, mais à l’intérieur du pays, tout est encore bloqué. A Mbaïki (sud) par exemple, cette situation inquiète l’Association des parents d’élèves (APE), qui a lancé un appel aux enseignants d’être souples et de reprendre les activités.

« Nous demandons aux instituteurs de penser à l’avenir des enfants et d’être tolérants car étant dans les quartiers, nos enfants se livrent aux jeux qui les détournent du chemin de l’école », a lancé le président l’union préfectorale de l’APE de la Lobaye, M. Sérémoye.

Dans la  ville de Berberati (ouest), les contractuels représentent ¾ du personnel enseignant du fondamental 1. Ils sont en total 200 personnes dans la préfecture de la Mambéré-Kadei. Depuis le 7 novembre, date à laquelle le mouvement de grève a commencé, les portes de la plupart des écoles primaires sont fermées.

Ce même constat est fait à Boali (sud-ouest). D’après Radio ICDI, suite à l’appel du bureau  du collectif des enseignants depuis Bangui, les enseignants contractuels  de la localité  ont cessé les cours depuis le lundi 11 Novembre.

« Pour l’instant, les élèves sont abandonnés à leur triste sort. A l’école sous-préfectorale garçons et filles, les 10 enseignants sont en grève. Ce sont les deux directeurs qui tiennent essentiellement les élèves des classes de CM1 et CM2, en attendant la normalisation de la situation. L’école Harandé à majorité peulh, où l’équipe enseignante est constituée en totalité de contractuels, a  également cessé les activités. Toutes les classes sont fermées », a constaté Radio ICDI.

Dans toutes les écoles touchées par cette crise, la décision des enseignants contractuels semble être unanime. Ces derniers ont fait savoir que les activités ne reprendront que si le ministère leur paye les quelques mois d’arriérés de salaire et procède à leur intégration dans la fonction publique.

Les activités scolaires dans certains établissements primaires de Bangui et de l’intérieur du pays sont perturbées depuis le 7 novembre, à cause de la grève des enseignants contractuels qui revendiquent du gouvernement leur intégration dans la fonction publique. Une tentative de négociation de la ministre Nam, le mardi 13 octobre, a échoué.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :