Mbaïki : De vieux édifices publics détruits par des jeunes

Mbaïki, 27 novembre (RJDH)–Dans la ville de Mbaïki (sud), les jeunes détruisent les fondations des vieux bâtiments administratifs non occupés, rassemblent les moellons et les revendent à des personnes qui veulent construire des maisons.

 Cette pratique constitue pour ceux-ci une activité génératrice de revenu. Mais les autorités municipales qui considèrent cette activité comme une destruction du patrimoine, ont  effectué une descente ce mardi 27 novembre sur les lieux pour en faire interdiction à crs jeunes.

L’adjoint au maire de la commune de Mbaïki, Dido Sallé, entend tout mettre en œuvre pour empêcher à cette activité et menace de poursuivre en justice ceux qui continueraient à se livrer à cette pratique.

« Je compte sur la collaboration de la population afin d’arrêter cet acte de vandalisme », a-t-il dit. Lors de la descente sur le terrain, les autorités communales ont procédé à la saisie de quatre tas de pierres constitués par ces jeunes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :