Zémio : Le HCR poursuit le regroupement des réfugiés congolais

Zémio, 12 décembre (RJDH)–Le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) poursuit ce 12 décembre, l’opération de transfert des réfugiés congolais des camps d’Obo et de Mboki vers la ville de Zemio (sud-est). Après l’arrivée d’une centaine de réfugiés le dimanche dernier, les camions du HCR ont repris ce lundi le chemin de Mboki et d’Obo pour un deuxième convoi.

Plus de 1 800 réfugiés vont regagner le nouveau site de Zémio. Pour l’agence onusienne en charge de la protection des réfugiés, la consolidation des camps à Zémio, initiée ensemble avec le gouvernement, offre une meilleure protection aux concernés. Il cite entre autres, d’une part, le fait que plusieurs acteurs humanitaires sont présents dans cette localité et d’autre part la facilité d’acheminement de l’aide humanitaire à partir de Bangui, la capitale.

Julius-Rufin Ngouade-Baba, administrateur-assistant de protection du HCR à Zémio, renchérit cet argumentaire en précisant que le camp de cette localité répond mieux « aux normes et aux standards internationaux, en plus, le HCH y dispose d’un bureau.

Malgré tout, l’argument du HCR ne semble pas convaincre certains réfugiés. « J’ai abondé mes champs et ma maison pour me retrouver ici. Je regrette vraiment, mais si le HCR dit qu’il va bien prendre soin de nous ici, je reste optimiste », a fait observer Jean-Claude Longbango, venu du camp d’Obo.

Dans la ville de Zémio, l’arrivée de ce nouveau groupe de réfugiés est diversement appréciée par la population. Certains autochtones craignent pour la sécurité, d’autres s’inquiètent de la hausse des prix des denrées alimentaires sur le marché, liée à cette nouvelle vague de réfugiés. « Ce sera difficile pour nous. Nous manquons déjà de nourriture, mais si plus de 1500 personnes viennent encore s’ajouter à l’effectif de la population, ce sera dur pour tout le monde », a affirmé Johnny Bowo, président de la jeunesse de Zemio.

Sur le marché central de Zemio, la hausse des prix des denrées alimentaires est déjà visible. Une cuvette de manioc, aliment de base dans la population région, qui coûtait 1 500 FCFA, se vend actuellement à 3000 FCFA.  « C’est parce que nous sommes en saison sèche, où le manioc est abondant sur le marché. Mais si nous arrivons à la saison des pluies, le prix sera à 5000 FCFA la cuvette, à cause de l’arrivée de ces réfugiés », a mentionné Gertrude Gadepa, habitante de Zémio.

Par ailleurs, les travaux se poursuivent encore sur le site des réfugiés. Sur les 400 tentes  prévues par le HCR, seules 187 sont déjà déployées.

En 2009, les congolais fuyant les exactions des rebelles ougandais de la LRA de Joseph Kony avaient trouvé refuge dans la préfecture du Haut-Mbomou. Ils sont arrivés à Zémio, Mboki et Obo, les localités les plus proches de la frontière avec leur pays d’origine. C’est en septembre dernier que le HCR et le gouvernement centrafricain ont entrepris la décision de consolider ces trois camps à Zémio.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :