Bria : La population s’inquiète d’une incursion de l’UFDR

Bria, 13 décembre (RJDH)–Les activités scolaires sont suspendues pour quatre jours, à partir de ce mercredi dans la ville de Bria (centre-nord) pour des raisons de sécurité. La décision a été prise par l’inspecteur de l’enseignement du fondamental 1, Justin Azoudanga, suite à l’absence persistante des élèves, après l’attaque de Ndélé, le lundi dernier par l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR).

« Cette décision a été prise  parce que  la population n’est pas stable. Certains parents ne laissent pas leurs enfants venir à l’école depuis lundi à cause de l’attaque de la ville de Ndélé. Ils craignent pour la sécurité de leurs enfants. C’est pourquoi nous avons suspendu les enseignements pour observer la situation sécuritaire avant de relancer les activités », a expliqué Justin Azoudanga.

Il déplore le fait que cet événement vient bouleverser le calendrier scolaire ; parce que les épreuves orales  de la composition du premier trimestre qui devaient commencer ce jeudi sont renvoyées à lundi prochain, si le calme revient. Au cas contraire, elles vont se dérouler en janvier 2013.

D’après les informations recueillies, quelques organisations humanitaires à Bria ont commencé à quitter la ville, comme ceux de Ndélé. Une partie de la population de Bria serait également en cours de déplacement vers Bambari (centre). Il s’agit notamment des habitants du quartier Bornou, qui se déplacent déjà pour éviter une éventuelle attaque de l’UFDR, comme les villes de Bria, Sam-Ouandja et Ouadda.

Il faut aussi rappeler que la population du quartier Bornou  était victime des exactions des éléments de l’UFDR, lors de l’affrontement, en septembre 2011, avec l’autre rébellion du nord-est, la Convention des patriotes pour la justice et la paix.

Dans un communiqué publié mercredi sur le site du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, la Présidente de la Commission africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, a condamné ces attaques, qui, selon elle, « constituent une violation flagrante de l’Accord de Paix Global (APG) de Libreville et sapent les efforts de consolidation de la paix en RCA ».

Elle demande à « l’UFDR qui est à l’origine de ces attaques de se retirer immédiatement et inconditionnellement de toutes les localités qu’elle occupe et de cesser toute action armée ». Elle demande par contre aux leaders de cette rébellion de s’inscrire dans le processus de dialogue en cours et de prendre une part active au programme de désarmement, de démobilisation et de réinsertion (DDR) dans le nord-est du pays.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :