Birao: Une situation alimentaire hypothétique

Birao, 19 décembre (RJDH)–La situation alimentaire pourrait se dégrader dans la préfecture de la Vakaga (nord-est), à cause de nombreux cas d’incendie, d’inondation et d’insécurité que connaît cette région.

Au total 36 personnes sont victimes d’un feu de brousse qui a ravagé  27 hectares de champs.  Ce bilan a été communiqué, le mardi 18 décembre  par Achille Kodé Modjokossa, président de la Croix-Rouge locale de Birao.

Celui-ci  a fait savoir que suite à des pluies diluviennes qui se sont abattues sur la ville entre les mois d’août et septembre, les produits agricoles ; à savoir le sorgho, le haricot et le mil, entre autres, ont été détruits par l’inondation. En plus, les deux derniers incendies lié au feu de brousse, ont fait environ 27 hectares de champs partis en fumée. Et les victimes de ces catastrophes demeurent non assistées.

« Les populations de la Vakaga sont dépassées par ce qui se passe. Elle pense que le gouvernement et les ONG internationales doivent voler à leurs secours pour éviter une probable crise alimentaire dans la région dans les prochains mois», a souligné Achille Kodé Modjokossa.

Selon la même source, la plupart des champs inondés et incendiés contenaient du haricot, du maïs, du manioc, du sésame et du mil qui sont les aliments de base de la population locale et plusieurs autres produits de consommation.

Avec la recrudescence de la violence dans le nord-est du pays, la population de la Vakaga qui avait déjà subi les atrocités des  attaques de la rébellion de  l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement(UFDR) en 2006-2007, s’inquiète de sa situation alimentaire.

La crainte de la population se fonde aussi sur le fait que la région a connu une crise alimentaire entre mai et août 2012. Face à cette crise, les structures humanitaires et les agences du système des Nations-Unies ont du organisé  des opérations de largage de vivres à une partie de la population, soit 11 000 personnes ; car 45 000 personnes étaient touchées par cette crise alimentaire.

Depuis la naissance des rebellions qui ont créé des situations d’insécurité et d’instabilité, la situation humanitaire se dégrade de plus en plus dans la préfecture de la Vakaga.

« La population est inquiète pour le moment par rapport à tout ce qui se déroule autour de notre région. La majorité des gens n’ont pas encore repris la vie normale après les évènements douloureux que nous avons connus dans le passé », a déclaré un habitant de Birao, joint au téléphone.

La même source affirme que certaines personnes envisagent de quitter la ville pour ne pas revivre la situation du passé, d’autres se demandent à quel saint se vouer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :