Bangui : Des réfugiés congolais regroupés sur dans un seul camp à Zémio

Bangui, 20 décembre (RJDH)–Les opérations de regroupement des réfugiés congolais sur le site aménagé dans la ville de Zemio (sud-est), située à 1050 kilomètres de Bangui, se sont achevées le 18 décembre. Sur  les 1800 personnes concernées, vivant à Obo et à Mboki, seules 399 ont rejoint le nouveau site. Et le HCR se désengage de ceux qui ont refusé de faire le déplacement.

Malgré ce résultat,399 réfugiés transférés contre 1800, le HCR se dit satisfait des opérations. En ce qui concerne les réfugiés qui n’ont pas fait le déplacement de Zémio, une source proche de l’agence onusienne a mentionné qu’ils ne sont plus sous la protection de l’institution. « Nous ne sommes plus présents dans ces localités, donc c’est au gouvernement de garantir leur droit civique, par rapport aux textes en vigueur en Centrafrique, en ce qui concerne le droit des réfugiés », affirme la source.

D’après le gouvernement centrafricain et le HCR, le but de cette opération est d’apporter une réponse de protection appropriée dans un environnement sécuritaire difficile, en raison de la présence des rebelles ougandais de l’Armée de résistance du seigneur (LRA).

Pour installer les réfugiés, la Commission nationale pour les réfugiés (CNR) et l’HCR,  ont procédé aux travaux de l’extension de l’ancien camp. Il est passé de 500 mètres carré à 2 kilomètres sur 800 mètres. Ainsi, 400 tentes, des salles de classe, des points d’eau et des latrines ont été construits.

Pour l’aspect sanitaire des réfugiés, le HCR, en collaboration avec l’ONG Centre de secours pour la santé internationale (CSSI) ont mis en place des centres de santé d’urgence. Des enseignants contractuels ont été également engagés pour dispenser des cours dans le camp.

Le déroulement des opérations

Afin d’assurer la sécurité des réfugiés pendant le transfert des camps de Mboki et d’Obo vers Zemio, des éléments de l’armée centrafricaine ont été mis à contribution pour sécuriser le convoi, car les attaques des rebelles de la LRA sont fréquentes dans la zone. 15 camions ont été affrétés pour le transport des réfugiés et de leurs biens.

Arrivée sur le nouveau site, l’équipe du HCR et de la CNR, accueillent et installent les réfugiés. Chaque responsable de ménage est tenu d’identifier ses membres. Une fois l’identification faite, des tentes sont affectées aux réfugiés, puis les personnes identifiées reçoivent leur certificat de réfugié.

Pour la présidente de la délégation de la ville de Zémio,  en dépit des difficultés qui pourraient arrivées, il faut savoir que « la République centrafricaine est un pays d’hospitalité. Ce n’est pas parce que la sécurité pourrait être menacée ou bien les prix vont augmenter sur le marché que nous allons rejeter ces personnes. Elles n’ont pas choisi de quitter leur pays, donc il est de notre devoir de les accueillir et de les traiter comme des frères », a-t-elle mentionné.

Pour les réfugiés, aussi longtemps que la LRA continuera d’attaquer, ils ne sauront penser à  retourner en RDC. « La semaine passée, j’ai appris que les éléments de la LRA ont à nouveau attaqué mon village. Une personne serait tuée. Avec cette situation, comment vais-je rentrer pour vaquer librement à mes occupations ? Je ne suis qu’un paysan, je n’ai que la terre pour me donner à manger », a fait savoir Christophe Guenekayen qui vient du site de Mboki.

Par ailleurs les autorités locales de Zémio ont mis à leur disposition des portions de terre de 5 kilomètres, pour leur permettre de mener des activités agricoles.

Ces réfugiés sont arrivés en Centrafrique depuis 2009. Ils ont fui les exactions des hommes de Joseph Kony dans leur pays, la République Démocratique du Congo. En arrivant en Centrafrique, ils se sont installés dans les villes de Zémio, Mboki et Obo, les localités les plus proches de la frontière entre le Congo démocratique et la Centrafrique.

Depuis septembre 2012, le gouvernement centrafricain et le HCR ont entrepris de consolider les trois camps dans la ville de Zémio. Selon eux, le choix de cette localité est d’une importance capitale. Tout d’abord, plusieurs centaines de réfugiés y vivent déjà. Ensuite, plus de dix ONG humanitaires y sont représentées. Enfin, Zémio est facile d’accès pour l’acheminement de l’aide humanitaire à partir de la capitale.

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :