Bangui : Des femmes et des jeunes protestent contre les violences dans le nord-est

Bangui, 21 décembre 2012 (RJDH) – L’organisation des femmes centrafricaines (OFCA), le Conseil national de la jeunesse (CNJ) ainsi que des jeunes de quelques partis politiques de majorité présidentielle, ont marché ce vendredi,  à travers les différentes artères de la ville de Bangui, pour protester contre les hostilités déclenchées par la coalition des groupes rebelles dénommés ‘’Séléka ‘’dans la région du nord-est, du centre et du nord de la République centrafricaine.

« Le dialogue sollicité ne s’obtient pas par les armes, ni par des exactions. C’est une violation de l’Accord de paix qui s’exerce en ce moment, nous voulons que la paix revienne. Les femmes de Centrafrique sont mécontentes. Pourquoi les paisibles cultivateurs, les chasseurs et les artisans miniers sont devenus la cible des rebelles ? Des fils du pays qui sont contre leurs frères et sœurs, où est le sérieux », s’est interrogée la présidente de l’OFCA, Marguerite Kofio.

Sur des banderoles déployées par les marcheurs, on pouvait lire entre autres : « non aux hostilités des groupes rebelles, nous voulons la paix ». Plusieurs banderoles avec des écriteaux de ce type flottaient tout le long des grandes artères de la ville de Bangui.

« Un pays ne progresse pas avec la guerre, ni le terrorisme, ni la barbarie ; c’est plutôt avec le dialogue, la concertation, le commun accord, la paix, la sécurité. Nous disons à ces fameux fils du pays de baisser les armes et venir rencontrer le gouvernement pour un dialogue digne, transparent et concret », a souligné Marguerite Kofio, présidente de l’organisation des femmes centrafricaines.

Cette situation préoccupe également la jeunesse regroupée au sein du CNJ. Des milliers de jeunes venus des arrondissements de Bangui et de la périphérie, ont exprimé leur mécontentement sur la situation sécuritaire du pays.

Ceux-ci ont remis deux mémorandums à des personnalités : l’un à l’ambassadeur de l’Union européenne à Bangui et l’autre au premier ministre, chef du gouvernement, Faustin Archange Touadéra, au nom du président de la République, en mission à Ndjamena.

« Dans les documents, nous avons exprimé notre mécontentement par rapport à ce qui se passe dans le pays devant la communauté internationale, qui est partenaire du gouvernement et qui doit rester auprès du gouvernement. Nous avons demandé à l’Union européenne d’aider le gouvernement à mettre fin à ces histoires. Au président de la République, nous avons demandé qu’il fasse ce qui est de son pouvoir pour ramener la paix dans notre pays. On en a assez et nous voulons que tout cela cesse », a indiqué Christian Guenebem, président du CNJ.

Pour la plupart des manifestants, les hostilités qui se créent en ce moment en Centrafrique sont le fait d’une main invisible. « Ce sont les ennemies de la Centrafrique qui font toutes ces choses afin que le pays n’avance pas. Nous disons que c’est trop et que ceux qui financent les rébellions dans notre pays arrêtent », a mentionné un des participants à la marche.

Dans la ville de Bouar (ouest), les partis politiques de la majorité présidentielle, les femmes et les jeunes ont aussi marché ce vendredi pour protester contre ces événements.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :