Berberati : La population se plaint de l’insécurité

Berberati, 24 décembre 2012 (RJDH) – La population de la commune de Nao, située à 95 kilomètres de la ville de Berberati (ouest), se plaint de l’insécurité  qui sévit dans la région. Cette inquiétude a été exprimée le dimanche 23 décembre, par le maire de la localité, Roger Mbègue,  à l’occasion de la célébration en différé, de la fête du 1er décembre.

« La population a peur de circuler librement à cause des multiples attaques des hommes armés non identifiés sur le tronçon Nassolé-Nao. Nous vivons dans l’inquiétude », a-t-il fait savoir.

Roger Mbègue a sollicité auprès du sous-préfet de Berberati, Dieudonné Baka, qui a présidé la festivité, la mise en place d’un détachement militaire ou des agents de sécurité dans la commune, afin que la population puisse librement vaquer à ses occupations.

Dans ses propos, le maire de la commune de Nao, a relevé les difficultés d’accès aux soins.

Il a fait savoir qu’il n’existe aucun centre de santé dans la localité et la population est obligée de parcourir plus de 80 kilomètres pour aller se faire soigner à Ngamboula, même les femmes enceintes en phase d’accouchement.

La commune de Nao compte plus de 3500 habitants. Elle est dépourvue aussi d’infrastructure scolaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :