Le président Bozizé réitère sa disponibilité pour dialoguer avec les rebelles

Bangui, 1er janvier (RJDH) — « Le mal des Centrafricains vient d’eux-mêmes parce qu’ils n’aiment pas leur pays, ils ne sont pas unis », a lancé le président François Bozizé d’entrée de jeu, dans son adresse à la nation à l’occasion de la fête du nouvel an réaffirmant son engagement pour le dialogue. Il faisait ainsi allusion à la crise que traverse le pays depuis plus de deux semaines, à cause des hostilités déclenchées par les rebelles de l’alliance Séléka.

Contrairement à la tradition qui voudrait que les chefs d’Etat s’expriment, à des occasions pareilles, dans les deux langues officielles du pays, le Français et le Sango, François Bozizé  a décidé de ne s’exprimer qu’en Sango, et il l’a annoncé dès le début. De même, il a été plus concis que jamais, axant son message presqu’uniquement sur le dialogue avec les rebelles du Séléka et toute la classe politique centrafricaine, le censé ramener la paix dans le pays.

« Je suis disposé à me rendre à Libreville pour le dialogue avec les rebelles de la coalition Séléka. Nous allons parler de l’Accord global de paix et des recommandations du dialogue politique inclusif. Cette rencontre va nous permettre de former un gouvernement d’union nationale comme je l’ai déjà fait d’ailleurs », a annoncé François Bozizé.

Le général Bozizé regrette le fait des esprits malins viennent perturber la quiétude de la population centrafricaine, alors que des actions se font, selon, pour le développement de la République centrafricaine. « Depuis le mois de janvier 2012, nous avons mené des réformes pour relancer l’économie et exploiter les ressources naturelles.  Je croyais que nous allions terminer l’année en beauté, malheureusement le diable vient semer la zizanie », a-t-il déploré.

François Bozizé accuse l’armée centrafricaine d’être ‘’indisciplinée’’. Ce qui, selon lui, a permis une avancée remarquable  des rebelles qui occupent actuellement plusieurs villes du pays. Il remercie le président du Tchad, Idriss Déby et l’armée tchadienne pour leur appui et demande pardon aux populations des régions occupées par les rebelles.

Le Chef de l’Etat est revenu sur l’épineuse question de la modification de la constitution. « Laissez-moi tranquille terminer mon dernier mandat, il ne me reste que trois ans. Je n’ai jamais dit que je serai candidat en 2016 », a-t-il déclaré à nouveau.

Il a enfin demandé à nouveau à la population de doubler de vigilance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :