Bangui : Des délégations centrafricaines attendues à Libreville

Bangui, 7 janvier 2012 (RJDH) – Les différentes délégations devant participer aux négociations entre le gouvernement, les rebelles du Séléka et l’opposition démocratique, arrivent ce lundi à Libreville au Gabon, et le dialogue devrait s’ouvrir le mardi 8 janvier sous la médiation du président congolais, Dénis Sassou Nguesso.  

Dans la délégation de la majorité présidentielle, on  note la présence de Cyriaque Gonda, président du Parti national pour un Centrafrique nouveau (PNCN). Il fut ministre de la Communication et avait organisé en 2008 le Dialogue politique inclusif. C’est lui qui avait également négocié tous les accords avec les groupes politico-militaires, dont l’accord de paix global de Libreville, dont l’application est mise en cause par les rebelles.

Dans un entretien avec Cyriaque Gonda ce matin avant le déplacement de Libreville, il s’est dit confiant et a fait savoir que la majorité présidentielle avait déjà bien ‘’affuté des arguments pour les négociations’’.

L’opposition démocratique est également prête et affirme réserver la primeur de ses propositions de sortie de crise aux chefs d’Etat de la CEEAC. Les rebelles du Séléka, de leur côté, exigent toujours une transition politique sans le président Bozizé, ce que le pouvoir de Bangui ne veut pas entendre.

Alors que les négociations se préparent, les villes d’Alindao et de Kouango (centre) sont tombées aux mains des rebelles. Josué Binoua, ministre de l’Administration du territoire annonce que les hommes du Séléka sont à 12 kilomètres de la ville de Damara, considérée par les forces de la CEEAC comme ‘’une ligne rouge’’ dont l’attaque par les rebelles ne saurait être tolérée’.

« Nous ne cèderons pas Damara, que ce soit clair. Si les rebelles attaquent Damara, c’est une déclaration de guerre contre les 10 Etats d’Afrique centrale », avait d’jà prévenu le général Jean-Félix Akaga, commandant des opérations de la force multinationale en Afrique centrale (Fomac).

Dans la capitale, les patrouilles militaires sont renforcées par les éléments de l’armée sud-africaine venus en renfort. Ils sont basés à proximité de l’école nationale de la police, non loin de la résidence du président Bozizé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :