Bangui : l’OCC accuse Télécel d’escroquerie et vol

Bangui, 8 septembre 2012 (RJDH) – L’Observatoire centrafricain des consommateurs (OCC) a porté plainte contre  la société de téléphonie mobile, ‘’ Télécel’’ pour escroquerie,  arnaque, vol, entre autres. Le procès s’est ouvert ce mardi 8 janvier au tribunal du commerce à Bangui.  

Le président de l’OCC, Marcel Mokwapi, à l’origine de cette poursuite judiciaire, a évoqué un des systèmes commerciaux de la société Télécel qui consiste à activer dix minutes contre une somme de 250 FCFA. Alors qu’en réalité le client n’arrive pas à consommer les dix minutes comme convenu. Pour lui, il s’agit là  d’un facteur d’appauvrissement de la clientèle au profit de l’opérateur téléphonique.

Mais sans clamer l’innocence de son client, Maître Soigné Econo qui assure la défense de Télécel, a  par ailleurs exigé que la structure plaignante présente les papiers administratifs qui attestent sa reconnaissance par l’Etat centrafricain avant son existence avant de traiter l’affaire. A cause du fait que ces papiers n’étaient pas versés au dossier.

Me Mathias Barthelemy Morouba qui assure la défense de l’OCC  a notifié  au tribunal que l’OCC a sur le champ précisé que l’observatoire était juridiquement  constitué  et pouvait valablement défendre ses intérêts. Il a lui-aussi mis en cause la politique commerciale de Télécel qui vise à exploiter sa clientèle.

Prenant la parole après avoir écouté les deux parties,  le magistrat Thierry Pessiré qui a présidé l’audience a décidé de renvoyer l’affaire au 22 janvier 2013.

Cette poursuite est appréciée par des consommateurs. « Je n’utilise plus mon numéro Télécel depuis deux mois parce que j’ai constaté que la tarification des appels est plis  chère que les autre. Surtout quand vous appelez chez un autre opérateur, c’est encore plus grave », a témoigné un consommateur interrogé par le RJDH.

« Télécel est plus cher que tous les autres opérateurs. Quand on appelle de Télécel vers Télécel, le coût est de deux francs par seconde. Alors que chez d’autres opérateurs, c’est un franc la seconde pour les mêmes réseaux et deux francs par seconde pour des appels vers d’autres opérateurs. Ce qui veut dire que même les appels internes à Télécel sont plus chers que les appels externes de certains opérateurs », a expliqué John-Stone Béfio, un autre consommateur,

Télécel est la première société de téléphonie à s’installer en République centrafricaine au début des années 1990. Elle a été suivie plus tard par Azur, Moov puis Orange.

Publicités
Comments
One Response to “Bangui : l’OCC accuse Télécel d’escroquerie et vol”
  1. GBAGBA Fernand Etienne dit :

    L’initiative de l’OCC est louable et salutaire pour les consommateurs de Télécel. Car ce vol, que je qualifie de bien organisé est constaté par beaucoup de clients. Par exemple quand on appelle de Télécel à Télécel, le coût varie de 2 ou 2,3 ou à 2,5 F CFA. Je propose même que l’OCC lance une pétition afin de recueillir des voix pour le soutenir dans sa démarche!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :