Boali : La population n’utilise pas les latrines

Boali, 8 septembre 2012 (RJDH) – La pratique de la défécation  à l’air libre  expose la population  à des maladies telles que la fièvre typhoïde, la parasitose et surtout le choléra qui est une maladie très dangereuse, a fait observer  le docteur Eloi Nicaise Mboufoungou, médecin-chef de l’hôpital de Boali.

Ce phénomène a constaté au village de Mardochée, situé à 10 kilomètres de la ville de Boali (sud-ouest). Dans cette localité, la population du continue de pratiquer la défécation à l’air  libre,  malgré les multiples campagnes de sensibilisation à l’utilisation des latrines.

D’après le Dr Mboufoungou, l’Unicef, à travers un projet  d’assainissement total piloté par la communauté, appuyé par les villageois, avait  construit des latrines pour chaque ménage dans les villages qui entourent la sous-préfecture de Boali. « Mais malgré tout ça, les gens préfèrent aller dans la brousse voir même auprès des rivières pour faire leur besoin », a-t-il déploré.

Il lance un appel à la population de la localité à utiliser des latrines afin d’éviter la contamination  d’une quelconque maladie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :