Bangui : La population s’inquiète du retard de la nomination du nouveau Premier ministre

Bangui, 15 janv. 13 2013 (RJDH) – La population de la ville de Bangui commence à s’inquiéter du retard pris pour la nomination du nouveau Premier ministre de transition, qui sera issu de l’opposition démocratique comme prévoit l’accord de Libreville signé entre les parties prenantes. Cependant plusieurs personnes interrogées craignent le retour probable des hostilités dans le pays.

« Je suis vraiment inquiet par rapport à ce  retard.  Je pense que l’opposition démocratique et la Séléka sont responsables de cette situation, parce que c’est à eux de choisir le nouveau premier ministre. Il faut que cela se fasse vite pour ne pas que les hostilités reprennent », a déclaré Firmin Sénamo, habitant le quartier Benz-vi.

Yvette Koyassé, mère de famille, pense que l’opposition démocratique et les rebelles ne sont pas encore unanimes pour le choix d’un nouveau premier ministre. Pour elle,  ce retard à des répercutions sur les activités administratives.

«  Personnellement, je craint la reprise des hostilités si l’opposition démocratique et les rebelles n’arrivent pas à faire le choix de consensus d’un premier ministre. Et après ils vont encore créer un autre trouble pour mettre le pays dans le chaos », a souligné un étudiant en droit à l’Université de Bangui.

Certaines personnes accusent le président François Bozizé et ses partisans de vouloir gagner du temps dans la nomination de ce nouveau premier ministre, pour réorganiser leur propre camp.

« A mon avis c’est le pouvoir en place qui est responsable de ce qui se passe actuellement. L’opposition démocratique a choisi maître Nicolas Tiangaye comme Premier ministre. Mais je ne comprends pas pourquoi jusqu’à ce jour le décret n’est pas  encore signé », se demande un agent de l’Etat qui a requis l’anonymat.

Alexis Poumar, affirme quant à lui que ce retard vient de la part du pouvoir en place. « Tout le monde sait que c’est maître Nicolas Tiangaye qui est choisi par l’opposition avec l’accord des rebelles, mais à mon avis ce choix n’est pas du goût des gens qui sont au pouvoir, c’est pourquoi ils font tout pour retarder les choses », -t-il ajouté.

Le président François Bozizé a affirmé dimanche à Bangui attendre, l’arrivée des leaders de la Séléka, pour apposer sa signature sous le décret de nomination du nouveau premier ministre. Le probable futur Premier ministre Nicolas Tiangaye, a affirmé lundi alors qu’il était en mission à Brazzaville que les rebelles sont également d’accord pour sa nomination. Le document sera validé dit-il, après son retour dans la capitale centrafricaine.

Lors des négociations de Libreville le 11 janvier dernier, le poste du premier ministre devrait revenir à l’opposition démocratique. Selon les informations, maître Nicolas Tiangaye a été choisi par l’opposition pour occuper ce poste. Mais le président François Bozizé lors de sa déclaration à la jeunesse, le dimanche dernier avait annoncé qu’il attend d’abord voir si les rebelles de la Séléka approuve cette proposition avant de signer le décret.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :