Bangui : Les organisations des femmes condamnent les violences sexuelles sur les femmes et les filles dans les zones occupées

Bangui, 17 janv.-13 (RJDH) – Les organisations des femmes qui œuvrent pour la lutte contre la violence sexuelle dans les conflits et la promotion de la paix, ont dans un communiqué publié le mercredi 16 janvier, condamné les actes de violences et viols perpétrés sur les femmes et les filles dans les régions occupées par les rebelles de la Séléka et les forces armées centrafricaines (FACA).

Dans le communiqué, ces femmes ont dénoncé les actes de violences et viols dont les victimes sont les femmes et les filles des préfectures de la Nana-Gribizi, de la Ouaka, de la Kémo et d’autres localités. Ces femmes accusent les FACA et la Séléka d’être les responsables de ces actes.

Le document rappelle également les dispositions de la résolution et le statut de Rome qui stipulent que « le viol et d’autres formes de violences sexuelles peuvent constituer un crime de guerre et crime contre l’humanité ou un élément constitutif du génocide ».

Pour elles, la République centrafricaine fait partie des Etats qui ont ratifié les textes juridiques et internationaux pour la protection des civiles lors des conflits. « Il est donc de la responsabilité des parties en conflits de respecter et de garantir les droits de l’homme et les droits humanitaires », précise le communiqué.

Elles demandent aux parties en conflit de mettre immédiatement et totalement fin aux actes de violences sexuelles et viols perpétrés sur les femmes et les filles dans les zones occupées. Aussi, ces femmes lancent un appel aux Nations-Unies, à l’Union africaine et à la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale d’apporter leurs soutiens pour une solution à la crise centrafricaine.

Enfin, elles apportent leurs soutiens à toutes les actions de médiation pour la résolution de cette crise par le dialogue pour une paix durable en Centrafrique.

Selon les informations, plusieurs femmes ont été victimes de violences sexuelles dans les zones sous contrôle de la Séléka et des FACA. Le nombre exact de ces cas d’exaction n’est pas connu à cause d’absence de communication dans les zones sous occupation rebelles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :