Grimari : Un habitant relate la prise de la ville par la Séléka

Grimari, 26 janvier 2013 (RJDH) – Un habitant de la ville de Grimari (Centre), qui a réussi à atteindre la ville de Bangui témoigne les faits vécus au RJDH ce samedi. Il explique également les raisons qui l’ont poussé à quitter la ville.

La source qui a souhaité garder l’anonymat, a affirmé qu’il a réussi à atteindre Bangui, après plusieurs jours de marche à pied et une partie en pirogue. RJDH vous laisse suivre le témoignage.

« Au départ, nous avons écouté qu’ils ont occupé des villes voisines. Le dimanche 30 décembre, Grimari était surprise. Cinq véhicules rebelles, lourdement armés ont fait irruption dans la ville… ».

« …Ce jour là, j’étais à la gare routière. Ils ont attaqué la ville avec des armes lourdes et les armes automatiques. Les tirs ont duré plusieurs heures. Ils sont alors partis s’installés à la sous préfecture et d’autres locaux administratifs de la ville. C’était la panique générale. Sur le marché, les vendeurs ont fui, en abandonnant ainsi leurs marchandises.».

« Pendant trois jours, la ville était morte. Ils préparaient alors l’attaque de la ville de Sibut. Du coup, ils ont fait de Grimari une base arrière.  Ils revenaient nuits et jours, souvent en tirant en l’air ».

« …Un jour, quand je sortais de mes cachettes pour prendre la tension des lieux dans la ville, j’ai retrouvé quatre de ces rebelles devant la maison du Directeur des maisons des jeunes, entrain de séquestrer sa femme et sa fille. Ils voulaient également casser la porte de la maison ».

« J’avais voulu intervenir, car la fille pleurait beaucoup. Mais les rebelles m’ont menacé et j’étais obligé de repartir dans mes cachettes. Ils ont voulu également prendre le pousse-pousse de cette famille, mais après avoir reçu une somme de 2000 F CFA, ils sont obligés de partir ».

« …Le lendemain, ils ont procédé au pillage des bâtiments administratifs de la ville. Ils ont emporté ainsi le véhicule de la Paroisse Notre Dame de Liesse. Ils ont été aidés dans leurs entreprises par des jeunes délinquants de la localité… ».

« La situation commençait donc à s’embraser et je me suis dit que ce n’est plus possible de vivre dans la ville. Il n’y a pas de nourriture et la communication était coupée avec le monde extérieur ».

« J’était obligé de quitter la ville le 11 Janvier, tôt le matin, en passant par des pistes dans la forêt. J’ai passé deux jours de marche pour arriver au village de Djoukou. Ici, j’ai pris une pirogue qui naviguait sur le fleuve Oubangui, afin d’arriver dans la capitale ».

Cette source a mentionné que la ville de Grimari vit une situation humanitaire précaire. Il a affirmé que tout manque dans cette ville ; la nourriture, les médicaments pour des soins et l’eau potable. Il a fait savoir également que les populations qui se sont réfugiées dans la brousse vivent dans une situation très pénible.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :