Bangui : La classe politique contrariée de la mise en place du gouvernement d’Union nationale

Bangui, 4 févr. 13 (RJDH) – La classe politique centrafricaine boude l’équipe du gouvernement d’Union nationale et de transition, mise en place le dimanche 3 février, par décret présidentiel. L’opposition démocratique demande la révision de la liste et la rébellion de la Séléka entend un « réajustement technique », de cette équipe.

Selon des sources proches de la primature, le décret portant nomination des ministres qui a été publié hier, était fait avant les dernières discussions entre le Premier ministre et le président de la République. « Le Premier ministre était surpris d’entendre à la radio nationale, la lecture de ce décret », a fait savoir la source.

Pour Martin Ziguélé, président du Mouvement de libération du peuple centrafricain, le principal parti politique de l’opposition, « l’attitude du président de la République est de nature à compliquer la situation déjà critique dans le pays ». Pour l’ancien Premier ministre, il faut que le président de la République et le Premier ministre puissent « se parler à nouveau, afin d’éviter tout désagrément ».

La majorité présidentielle s’abstient de tout commentaire. Mais une source proche de cette entité politique affirme cependant que les membres de l’opposition qui sont nommés, ont été proposés par leurs partis respectifs et le président Bozizé n’a fait que valider la proposition du Premier ministre.

Pour Christophe Gazambeti, Porte-parole de la rébellion de la Séléka qui est nommé ministre de la communication, « la Séléka n’a quitté ni le processus, ni le gouvernement. Nous avons juste sursis à la prise de service ».

Le Porte-parole de la Séléka propose que le président de la République et le Premier ministre puisse procéder à un « réajustement technique de l’équipe, pour qu’il y ait une représentativité remarquable de toutes les composantes politiques centrafricaines ».

« Nous ne comprenons pas pourquoi sur un effectif de 33 membres, il n’y a que 5 membres de la Séléka, alors que dans certains ministères, on condense plusieurs postes », a mentionné Christophe Gazambeti.

Ainsi, le Porte-parole de la Séléka propose que certains ministères soient « éclatés et que les postes soient partagés entre les différentes entités. En faisant cela, nous allons sortir définitivement de la crise et travailler pour notre pays ».

Pour la société civile, la position actuelle des différentes entités politiques ne va pas favoriser le retour de la paix, mais plutôt ouvrir la voix à une autre crise qui ne dit pas son nom. « La population est prise actuellement en otage. Les salaires ne sont pas payés, les routes vers l’intérieur du pays ne sont pas ouvertes, le couvre-feu est toujours là. Si on attend encore pour revoir la liste, réajuster les postes, la population déjà meurtrie va être épuisée. Les entités politiques font toutes ces choses, pas pour le peuple centrafricain, mais au nom de leurs intérêts partisans », a mentionné un coordonateur d’une ONG de la société civile centrafricaine, qui a requis l’anonymat.

Ce lundi, aucun ministre n’a passé le service. Les tractations se poursuivent toujours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :