Batangafo : Le CICR fait l’état de la situation des déplacés

Batangafo, 8 févr. 13 (RJDH) – Une équipe du Comité internationale de la Croix-Rouge (CICR) de Kaga-Bandoro (centre-nord), a séjourné du 5 au 6 février dans la ville de Batangafo (nord) afin d’évaluer la situation locale  après l’incursion de la Coalition Séléka. Le déplacement d’une partie de la population de Kabo vers cette ville est l’un des points importants relevés lors de cette mission.

Lors de cette mission, le CICR a enregistré plus de 250 déplacés dans le centre ville de Batangafo et plus de 200 autres campés dans la commune de Ouassi à environ 40 kilomètres. Il s’agit des habitants de la ville de Kabo qui continuent de fuir les  exactions des rebelles.

L’équipe a également constaté que  les bâtiments administratifs, à savoir la mairie, le tribunal, la gendarmerie et le sous-préfecture ont été pillés et saccagés par les rebelles qui ont également dépouillé les habitants de Batangafo de leur bien matériel et financier.

La ville de Batangafo est l’une  des régions du pays occupées par la coalition Séléka avant d’être reprise par les éléments des Forces armées centrafricaines.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :