Mbaïki : Recrudescence de violence contre les présumés sorciers

Mbaïki, 12 févr. 13 (RJDH) – La justice populaire contre des personnes soupçonnées de sorcellerie devient très récurrente dans la préfecture de la Lobaye (sud). Les victimes sont parfois battues à mort, soit chassées de la localité, malgré des multiples campagnes de sensibilisations contre ces pratiques menées dans cette localité.

Un homme âgé d’une soixantaine d’année a été tué après avoir été battu, le 9 février, par un groupe de jeunes au village de Kenga à 60 kilomètres de la ville de Mbaïki (sud). La victime avait été accusée d’avoir envoûté son petit-fils.

D’après les témoignages recueillis,  les habitants de cette localité ont soupçonné la victime d’être à l’origine de la mort de son petit-fils âgé de 18 ans. Ce dernier souffrait d’une maladie et que  les parents refusent de l’emmener à l’hôpital. Selon eux, c’est le présumé sorcier qui lui aurait jeté un mauvais sort.

« Quand le jeune homme malade est décédé, les habitants du village de Kenga ont battu le présumé sorcier à mort, ils l’ont coupé en morceaux  et l’inhumé le même jour devant sa maison. Le corps de jeune homme a été également enterré au même endroit », a témoigné un  habitant de la localité.

L’ONG Conseil danois pour les réfugiés (DRC) qui lutte également contre la violence faites aux personnes accusées de sorcellerie entend poursuivre les auteurs de ce crime devant la justice.

Un homme accusé de sorcellerie clame  son innocence en essayant de se suicider

Un autre fait s’est produit le même jour, dans la commune de  Bagandou à 70 kilomètres de la ville de Mbaïki. Un homme âgé de 60 ans, père de neuf enfants, s’est éventré afin de clamer son innocence. Celui-ci a été soupçonné de sorcellerie. La victime a été transférée d’urgence au centre de santé pour des soins.

D’après les faits relatés, par Le chef d’antenne de l’ONG Conseil danois pour les réfugiés Euloge Ibrahim, l’homme a été plusieurs fois accusé par la population d’être sorcier.

« La dernière accusation date du 9 février, le jour où il a décidé d’ouvrir son ventre à l’aide d’un couteau. Il a sorti ses entrailles  pour prouver aux habitants de Bagandou qu’il n’est pas sorcier.  De sources médicale, la plaie mesure 20 cm de profondeur », a-t-il expliqué.

Alertée de la situation, la gendarmerie a ouvert une enquête afin de retrouver les présumés coupables qui seraient à l’origine de cette accusation.

La justice s’est lancée à la poursuite des auteurs de crime contre les présumés sorciers

Au village de Boukoko, localité située à 15 kilomètres de  la Mbaïki, deux hommes âgés respectivement  35 ans  et 40 ans qui avaient battu et enterré vivant, une femme qu’ils ont traitée de sorcière, ont été  arrêtés et gardés à vue le samedi 9 février  à la brigade territoriale de Mbaïki.

L’incident s’est produit au mois de janvier, les présumés coupables avaient battu la victime avant de l’enterrer vivante. Elle a été déterrée et transférée à l’hôpital  grâce à l’intervention des forces de l’ordre.

Depuis lors la gendarmerie a lancé une poursuite contre ces jeunes. Ils ont été arrêtés sur instruction du procureur de la République près le tribunal de grand instance de Mbaïki, le magistrat Thierry Hilaire Ouidémona, qui compte les juger et transférer à la maison d’arrêt  de Mbaïki, si les faits seront avérés.

La victime  se trouve encore à l’hôpital pour des soins. La prise en charge est assurée par l’ONG Conseil danois pour les réfugiés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :