Bangui : Les religieux craignent une crise intercommunautaire

Bangui, 13 févr. 13 (RJDH) – Les représentants des différentes confessions religieuses de Centrafrique qui ont tenu une conférence de presse le mardi 12 février, ont exprimé  leur inquiétude de ce qui adviendrait si les éléments dits ‘’incontrôlés’’ de la Séléka continueraient les attaques sur des villes de l’intérieur de la Centrafrique. Les religieux redoutent un affrontement entre chrétiens et musulmans. 

D’après le constat fait par les religieux, un mois après la signature des accords de paix de Libreville, la mise en application des contenus des documents demeure problématique. Outre que la mise en place du gouvernement d’Union nationale, rien n’est fait jusqu’alors.

Un autre point souligné pendant cette rencontre est celui dont certains éléments de la Séléka brisent l’accord du  cessez-le-feu et continuent d’attaquer des villes où d’importants dégâts matériels ont été enregistrés.

Le jeudi dernier, l’église catholique de Mobaye avaient été saccagée par les rebelles, qui avaient également procédé à la profanation des symboles de cette religion. Les exactions se poursuivent et le risque d’embrasement de la situation s’amplifie, d’après les religieux.

Le Révérant Nicolas Guerekoyame-Gbangou de l’association des évangéliques pense que « l’affrontement pourrait être provoqué par les populations autochtones qui ont subi des exactions tout de même qu’il  peut survenir de la part de ceux qui se sentiront attaqués et s’ils sont attaqués, ils seront dans l’obligation de se défendre », a-t-il démontré.

Le 11 janvier déjà à Batangafo, des chrétiens et des musulmans se sont  affrontés. L’on a  déploré de pertes en vies humaines et d’importants dégâts matériels. « Nous avons des rapports de nos émissaires qui précisent la gravité de la situation et le probable risque d’embrasement de la situation », a mentionné l’Archevêque de Bangui, Monseigneur Dieudonné Nzapalainga.

L’Imam Kobir Layama de la communauté musulmane de Centrafrique a reconnu ces faits. Mais il a assuré que « ceux qui mènent ces actions contre les frères chrétiens, ne sont pas des musulmans engagés ».

Les religieux ont donc tiré la sonnette d’alarme pour qu’une solution soit trouvée. Pour faire entendre leur voix, ils entendent multiplier dans les prochains jours, des rencontres avec les leaders de la Séléka, de la force multinationale et le gouvernement afin de faire pression sur les rebelles pour qu’ils puissent cesser les hostilités.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :