Bangui : Les activités reprennent au marché kilomètre 5 après des perturbations du mercredi

Bangui, 14 févr.-13 (RJDH) – Les activités ont repris ce matin au marché kilomètre 5, dans le troisième arrondissement de Bangui, après l’occupation des lieux par les forces de l’ordre, le mercredi 13 février, empêchant les vendeurs d’étaler les marchandises sur les chaussées. Ceux-ci ont résisté dans un premier temps face aux policiers et gendarmes avant de quitter les lieux.

D’après le constat fait par le RJDH, les trottoirs où les vendeurs installent leurs marchandises sont libres, la circulation est revenue à la normale. On note également la présence des éléments de force de l’ordre qui assure la circulation des véhicules et la sécurité des lieux.

La police était intervenue hier pour déguerpir les vendeurs qui occupent les chaussées. Cette initiative de la mairie de Bangui n’est pas appréciée par une partie de la population, toute fois certains déplorent la manière d’agir des forces de l’ordre.

« C’était à notre grande surprise que nous avons vu les hommes en tenue empêchant les commerçants de faire leurs activités. Nous sommes dans un pays de droit et quand il y a un problème, il faut informer les intéressés pour que des mesures soient prises. Mais ce qui n’était pas le cas », a expliqué Issène Yaya, délégué des vendeurs du marché kilomètres 5.

Il a par ailleurs précisé que les policiers et gendarmes ont utilisé la force contre les commerçants et certains ont perdu leurs marchandises et d’autres ont été arrêtés.

Certains conducteurs de taxis et bus se disent soulagés, car enfin ils vont librement circuler. Cependant, ceux-ci soulignent que leur collectif n’est pas informé de la déviation de la route, au moment de l’intervention des forces de l’ordre, une situation qui  a entrainé des perturbations.

« Je félicite la police qui vient de poser un acte citoyen. Pour nous conducteur de taxis et bus, cela mérite un encouragement. Les commerçants occupaient les trottoirs et ce qui  fait que la circulation est vraiment difficile ici », a déclaré, Eric Ngougno un conducteur de taxi.

La même source se plaint de la nouvelle place pour le stationnement qui est désormais au niveau du Béa-Rex et demande au gouvernement de réparer cette avenue pour permettre aux conducteurs de taxis et bus de circuler librement.

Le Directeur général de la police Wanzé Linguissara, précise que l’objectif de cette opération est de rendre la circulation fluide dans cet important centre commercial du pays.

« Les commerçants de ce marché ne veulent pas  vendre leurs marchandises à l’intérieur du marché et pourtant il y a encore de la place. Ces derniers préfèrent rester dehors aux risques des accidents. Donc il est de notre devoir en tant que forces de l’ordre, d’amener ces commerçants à la raison », a-t-il ajouté.

Selon lui, la mairie du 3ème arrondissement avait procédé à plusieurs reprises à une campagne de sensibilisation de ces commerçants. Mais ces derniers n’ont pas voulu obtempérer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :