Boali : Les agriculteurs ne comprennent toujours pas la notion du groupement

Boali, 18 févr. 13 (RJDH) – Les groupements agricoles de la sous-préfecture de Boali (sud-ouest) ne maîtrisent pas encore les techniques de la culture en groupement, a fait observer le président  de  l’union professionnelle des groupements et associations de Boali, Pierre Poutou, lors d’une  tournée  effectuée du 13 au 15 février dans le secteur de Bio, situé à 140 kilomètres de Bangui.

« Ils n’ont pas compris le sens d’un groupement. Dans un groupement de 30 personnes, on devrait avoir 30 hectares, soit un hectare par ménage. D’après le constat, les agriculteurs de ce secteur se sont organisés en groupement pour ne réaliser qu’un hectare, ce qui est déplorable », a expliqué Pierre Poutou.

Par ailleurs, il a relevé que les cultivateurs du secteur Bio ont de difficultés à acheminer les produits agricoles vers les marchés hebdomadaires. Ces derniers transportent les produits à l’aide de pousse-pousse ou des taxis-motos, parfois à pieds sur une distance de plus de 30 kilomètres.

Cette tournée s’inscrit dans le cadre de réalisation des activités agricoles. Elle consiste à identifier les groupements agricoles et leurs réalisations.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :