Boali : Le manque d’eau potable, cause de plusieurs cas de maladies

Boali, 28 février 2013 (RJDH) – La population de la commune de Lambi située dans la sous préfecture de Bossembele (sud-ouest) a des difficultés à s’approvisionner en eau potable. Cette pénurie d’eau potable dans cette localité est la cause de plusieurs cas de maladies hydriques, a fait observer le chef de centre de santé Jean Alfred Ndamadé.

« Ces maladies hydriques ou encore duo-parasitoses comme la bilharziose sont fréquentes dans la commune de Lambi. Il y a également des maladies diarrhéiques dues à la consommation des eaux souillées, car dans cette localité, il est difficile de trouver de l’eau potable », a mentionné le chef de centre.

Jean Alfred Ndamadé explique qu’une fois que les analyses confirment  la maladie hydrique,  il faut immédiatement soumettre le patient à des traitements. « Mais la rupture du stock de médicaments est constante dans ce centre de santé », a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs précisé que pour faire certains  examens médicaux, les patients sont envoyés plus loin à Bossembele, « parce qu’il manque de personnel qualifié et des matériels adéquats ici au centre de santé de Lambi, pour le travail », a-t-il conclu.

La commune de Lambi regorge une population de 14 000 habitants.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 460 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :