Bangassou : La ville attaquée par les éléments de la Séléka

La ville de Bangassou est attaquée depuis ce matin par les rebelles de la coalition Séléka. La présence de ces éléments a été signalée depuis 5 jours dans la localité de Dimbi, proche de cette ville. Aucune confirmation pour l’instant du côté du gouvernement et la ville est coupée du réseau téléphonique.

Les premières informations faisant état de cette attaque émanaient des ONG humanitaires présentes dans la ville, qui avaient alerté très tôt ce matin leurs coordinations à Bangui. Puis, le réseau téléphonique a été coupé.

Une source anonyme a fait savoir au RJDH que sept véhicules de la Séléka, qui se positionnaient depuis quelques jours dans la localité de Dimbi, avaient traversé hier après midi, la ville de Gambo, à grande vitesse à destination de Bangassou.

Une autre source a fait savoir que les rebelles seraient stoppés dans leur course vers Bangassou à 1 heure du matin de ce lundi, dans la localité du pont de Mbari, à cinq kilomètres de la ville de Bangassou.

C’est dans cette localité que se concentre de violents combats entre les éléments des forces armées centrafricaines et ces rebelles. Difficile d’avoir la version officielle de toutes ces informations.

Un religieux de Bangassou a fait savoir que des éléments rebelles qui sont en train de faire tomber Bangassou, sont des éléments dissidents de la Séléka, qui ont déserté les rangs de la rébellion en milieu de la semaine dernière à Bambari (Centre), pour attaquer Mobaye vendredi et Bangassou en ce moment.

Sur l’attaque de la ville de Mobaye, on annonce trois morts dans les rangs de l’armée centrafricaine et un civil tué. On ignore le bilan humain du côté des rebelles, car ceux-ci évacuent au fuir et à mesure leur blessé et mort, dans des destinations inconnues, d’après des sources militaires.

« Bangassou est la dernière grande ville de la Centrafrique. C’est une région militaire. Si les rebelles arrivent à s’emparer de cette ville, ce serait un grand échec pour l’armée et un nouveau revirement dans la situation actuelle en Centrafrique, vu que l’armée à renforcer sa position en hommes et en armes de guerre ces derniers temps dans cette localité », a fait savoir un religieux, qui a réussi à regagner la ville de Bangui, il y a deux jours.

A Bangui, côté du pouvoir, ni de leaders rebelles qui ont intégré le gouvernement d’Union nationale, personne ne veut se prononcer sur cette situation. Alors que dans les rues, l’information commence à faire peur à la population, qui ne croit plus aux accords signés le 11 janvier à Libreville.

Par Hippolyte Donossio

Advertisements
Comments
2 Responses to “Bangassou : La ville attaquée par les éléments de la Séléka”
  1. A partir de là, le contenu des Accords de Libreville est vidé de son sens. Tout çà à cause de la démission de l’armée nationale qui devait être une armée républicaine capable de défendre la patrie et non un groupuscule d’hommes politiques. Nos parents du MBOMOU ont déjà maille à partir avec la LRA de Joseph KONI et voilà un autre malheur qui arrive!

Trackbacks
Check out what others are saying...


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 460 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :