Ndélé : La population manque de l’eau potable

Ndélé, 11 mars 2013 (RJDH) – Les habitants  de la ville Ndélé (nord-est), l’une des localités occupées par les éléments de la coalition Séléka n’ont pas accès à l’eau potable de la Société de distribution d’eau en Centrafrique SODECA, depuis trois jours.

D’après les témoignages recueillis ce lundi 11 mars par le RJDH auprès de la population de cette localité, les femmes sont obligées  de parcourir plus de trois kilomètres afin de s’approvisionner  en eau de source. Mais la quantité n’est pas toujours suffisante pour les activités domestiques et l’insécurité pèse dans la zone

Selon les informations reçues,  le technicien qui s’occupait  de l’entretien d’eau au service de la SODECA,  a quitté la ville à cause des hostilités grandissantes dans la localité. Après son départ, le service est assuré par  les quelques volontaires de la Croix-Rouge locale.

Il faut signaler  que dans les localités  occupées par la  coalition Séléka, le personnel des services publics  ont tous quitté pour des raisons de sécurité. Ceux-ci sont souvent la première cible des exactions des rebelles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :