Bouar : Une femme enterrée vivante pour pratique occulte

Une femme d’une soixantaine d’années a été enterrée  vivante, ce mercredi 13 mars, par les jeunes du  quartier Herman dans le premier arrondissement de la ville Bouar (ouest). Celle-ci a été accusée d’avoir foudroyé un garçon âgé de 14 ans.

D’après les faits rapportés par Radio Maïgaro, le jeune était décédé suite à un coup de foudre,  le mardi 12 mars. Après avoir consulté un marabout, les parents de l’adolescent ont accusé la femme d’être à l’origine de ce décès tragique.

Informés de la situation les jeunes du quartier se sont rués sur la présumée coupable et l’ont enterrée vivant, malgré l’intervention du maire de la ville de Bouar Ali Ahoudou Moumini. Les éléments de la gendarmerie qui se sont dépêchés sur le lieu du crime, n’ont pas réussi à sauver la femme.

Le chef de groupe du premier  arrondissement de la ville, René Bel-Docko, a fait savoir que la pratique de foudre est récurrente dans cette  circonscription. Toutefois, il souhaite que les présumés auteurs soient arrêtés traduits devant la justice.

Mais ils n’ont pas pu sauver la femme. Une enquête est ouverte afin de rechercher les instigateurs de cette justice populaire.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 460 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :