Boali : Manque d’eau potable une source de maladie selon Simplice Pounoumoundjou

Boali, 22 mars 2013 (RJDH) – Le manque d’eau potable constitue un danger pour la population de la ville de Boali (sud-ouest) et la prolifération des maladies parasitaires, a fait savoir  le laborantin au centre de santé de Boali, Simplice Pounoumoundjou, une  observation faite à l’occasion de célébration de la journée mondiale de l’eau ce vendredi 22 mars.

Simplice Pounoumoundjou précise que  les eaux que consomme la population de Boali ne sont pas bien entretenues ce qui entraine des  agents de la propagation de plusieurs maladies, entre autres la parasitose,  les maladies cutanées. « Sur dix prélèvements faites au laboratoire, six sont positifs. Ces cas sont liés à la consommation des eaux de source non traitées », a déploré le responsable du laboratoire.

Le chef de service d’hygiène et d’assainissement, Mathieu Sana, a de sa part souligné que les eaux  des sources que consomme la population est loin de répondre aux critères d’eau potable, puisque les animaux viennent s’abreuver, les habitants s’y baignent et utilisent également pour les activités ménagères. Il n’y a aucune protection, ni clôture.

Deux sources d’eaux ravitaillent la population de Boali parmi lesquelles une a été aménagée par la Caritas.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 460 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :