Bouar : Des cas d’exactions signalés après l’invasion de la ville par les hommes de la Séléka

Bouar, 28 mars 2013 (RJDH) – Une partie des  éléments de la Séléka  sont arrivés à Bouar (ouest), le mercredi 27mars, et ont commis  des exactions sur la population. Ces derniers  ont  procédé aux  pillages des biens publics et privés. Des exécutions sommaires pendant les nuits ont été signalées et continueraient d’être effectuées d’après la population.

Toutes les activités agricoles, commerciales, administratives ont été interrompues. La station service ‘’Total’’ a été  également victime des pillages des éléments de la Séléka.

D’autres sources font état de ce que des hommes en tenues, dont leur identité n’est pas connue,  organisation des actes d’assassinat contre des proches de l’ancien régime.

Le nombre de la population a considérablement augmenté suite à des déplacés venus des villes, entre autres, Bozoum, Bocaranga, Bossentélé et Baoro.

Le calme semble revenir ce vendredi dans la ville et les activités ont repris. Les boutiques sont ouvertes et la circulation de la population s’effectue timidement. Par contre les portes administratives sont encore fermées.  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :