Nola/Mbaïki : Les activités sont loin de reprendre à cause de l’insécurité

Bangui, 2 avr. 13 (RJDH) – L’opposition Les activités n’ont pas encore repris dans la ville de Nola.  Par contre à Mbaïki la population vit dans la psychose et les activités reprennent d’une manière craintive. Une situation identique dans la ville de Bouar.

La ville de Nola (sud) a reçu la semaine dernière la visite de trois groupes militaires à savoir des éléments de la garde présidentielle proche de l’ancien président Bozizé qui fuyaient le pays pour se réfugier au Cameroun, les hommes de la Séléka et un groupe armé qui serait constitué des éléments du groupe rebelle d’Abdoulaye Miskine. Tous étaient passés dans cette ville, terrorisant ainsi la population.

Plusieurs cas de pillages ont été enregistrés dans la ville suite au passage de ces trois groupes d’hommes armés. Un homme a été  tué, le service des eaux et forêt pillé et la troisième région militaire saccagée.

Un témoin de l’exaction perpétrée dans la ville qui a requis l’anonymat a fait savoir qu’en ce moment, « une bonne partie de la population de Nola se trouve dans la brousse et d’autres par compte ont pris fuite vers le Cameroun voisin ».

La même source précise que lors de la prise de la ville de Bangui par les éléments de la Séléka le 24 mars, un autre groupe armé qui serait de la rébellion d’Abdoulaye Miskine a investi Nola où plusieurs vols et braquages à main armée ont été enregistrés.

A en croire les témoignages d’une autre victime, « le 29 mars, la population a été de nouveau surprise de l’arrivée des éléments de la coalition Séléka qui « jouaient à l’agneau et qui ont fini par piller les magasins et quelques rares opérateurs économiques qui ont choisi de rester à Nola », a-t-expliqué.

L’axe des villages de Yanti à Yokadouma qui mène au Cameroun est fermé depuis le début des hostilités à Bangui et la population se trouve dans l’impossibilité de se ravitailler  en produits de première nécessité.

A Mbaïki, la vie à repris timidement ce matin. Les commerçants ont petit-à-petit ouvert leurs magasins mais les autorités politico-administratives sont restées dans leurs différents lieux de cachette.

« Les gens ont commencé à regagner leur domicile mais le constat fait est que les casses perpétrées par les éléments de la coalition Séléka ont plongé la ville dans une situation critique et la population se demande à quand ces biens et ces structures pillés et saccagés seront réparés », a relaté un habitant joint par le RJDH.

Jean Ngarou, faisant partie des victimes  a fait savoir que la présence des éléments de la Séléka dans la ville de Mbaïki compromet le bon déroulement des activités. Il a également relevé que la pharmacie catholique sise dans l’enceinte de l’hôpital de Mbaïki a été vidée par les hommes de la Séléka.

Même constat fait dans la ville de  Bouar (ouest). Les activités ne semblent pas reprendre  ce  matin, malgré l’appel des autorités locales, demandant à la population et aux agents de l’Etat de reprendre le travail.

D’après le constat fait par le correspondant du RJDH, les bureaux administratifs ne sont pas ouverts, les banques et les sites de certaines ONG humanitaires dans cette ville sont restés fermés. Quelques commerçants ont installé  leurs marchandises et certaines personnes qui ont fui les exactions des éléments de la Séléka pour trouver refuge dans la brousse ont commencé à sortir de leurs cachettes.

Pour un agent de l’Etat de cette localité qui a requis l’anonymat, «  il est hors de question que les fonctionnaires reprennent le chemin de travail, car les éléments de la Séléka continuent de s’en prendre à la population. Seule la présence des éléments de la force multinationale peut garantir notre sécurité ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :