Bangui : Un officier de la Séléka dissous l’ANECA

Bangui, 8 mars 2013 (RJDH) – L’actuel bureau exécutif de l’Association nationale des étudiants centrafricains (ANECA), vient d’être dissout ce lundi 8 avril, par officier de la coalition Séléka, lors d’une assemblée générale qui a regroupé tous les étudiants à l’Université de Bangui. Certains étudiants approuvent cette décision, d’autres sont restés sceptiques.

Selon le constat fait par le RJDH, c’est sur une haute surveillance des éléments de la Séléka, constitués en police militaire que cette assemblée générale s’est tenue. Certains de ces  hommes armés ont bouclé le périmètre sur l’Avenue des martyrs et d’autres par contre se sont infiltrés au sein même de l’Université.

D’après les explications de cet officier  de la Séléka, « c’est pour amener de l’ordre au sein du campus Universitaire que nous avons pris cette décision.  Puisque selon nos constats, ce bureau a été imposé par l’ancien régime aux étudiants et tous les membres ne sont pas actuellement à Bangui. Et les étudiants commencent à s’inquiéter, c’est la raison qui nous a motivé à prendre cette décision ».

Pour Eric Sélébiro, étudiant en 4ème année de la Science économique, cette décision est la bienvenue pour les étudiants afin de préserver la paix au sein du campus universitaire. « Je suis tout à fait d’accord par rapport à cette décision, parce que les étudiants sont divisés depuis le départ des membres de l’ANECA. Certains veulent l’organisation d’une nouvelle élection dans un bref délai, d’autres refusent. Alors on risque d’assister à une bataille entre les étudiants », a-t-il ajouté.

« A mon avis, c’est une bonne décision de suspendre le bureau actuelle de l’ANECA. Parce que ce bureau était dirigé par des gens qui ont une coloration politique, alors que l’objectif de cette association est de défendre les intérêts des étudiants centrafricains », a déclaré Gertrude Matoula, étudiante en 2ème année de droit.

D’autres étudiants pensent que c’est une ingérence dans les affaires de l’université qui ne concerne que les étudiants et non la Séléka.

« Je me demande sur quelle base juridique, ce colonel de la Séléka peut suspendre les activités du bureau de l’ANECA qui a été élu par les étudiants. Ce dernier n’a pas le droit de prendre des décisions à la place des étudiants », a critiqué un étudiant en philosophie qui a requis l’anonymat.

Pour l’un des membres de ce bureau, « il est hors de question que notre bureau soit suspendu par un homme en tenue qui n’a même pas un minimum de connaissance sur le fonctionnement de notre association. Car d’après les textes de l’ANECA, c’est le ministre de l’éducation nationale qui a habilité à suspendre l’ANECA. Nous allons continuer notre activité jusqu’à une nouvelle élection ».

Le RJDH s’est rapproché de l’administration de l’Université de Bangui pour avoir sa version des faits, mais celle-ci n’a pas souhaité faire de commentaire.

Publicités
Comments
One Response to “Bangui : Un officier de la Séléka dissous l’ANECA”
  1. Léonard Dimanche GOTOAS dit :

    Depuis quand la séléka s’intéresse-t-elle à une organisation syndicale. Du jamais vu! Ce Colonel ferait mieux de s’occuper du rétablissement de la sécurité dans la ville de Bangui en arrêtant et en désarmant les pilleurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 463 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :