Bangui : Des usagers de l’axe Bangui-Mbaïki victimes de rançonnage de la Séléka

Bangui, 10 avril 2013 (RJDH) – Les éléments de la coalition Séléka se livrent en ce moment au rançonnage systématique des usagers de la route qui relie la ville de Bangui à celle de Mbaïki (sud). Une situation qui amplifie les tracasseries routières sur cet axe et entrave la libre circulation des personnes et des biens.

Sur une distance de 107 kilomètres qui sépare la ville de Bangui à celle de Mbaïki, on dénombre au total cinq barrières érigées par les rebelles de la Séléka. Sur ces barrières, les rebelles qui se substituent désormais aux différents services de contrôle routier, procèdent au rançonnage de tous les passants et usagers de l’axe.

« A chaque barrière, les rebelles procèdent au contrôle systématique des papiers d’identité. Ceux qui détiennent des papiers seront appelés à payer une somme dérisoire. Par contre, ceux qui ne procèdent pas leurs papiers d’identité sont taxés par les rebelles. La somme varie entre 500 à 2000 FCFA », a témoigné l’une des victimes de cette pratique au RJDH.

Un autre témoin a fait savoir pour sa part que les membres de la Séléka se substituent aux différents services de contrôle routier et font des contrôles qui ne respectent pas les normes de la loi et les droits humains. « Ils fouillent dans les bagages des passagers et usagers de la route, s’ils trouvent de la viande boucanée ou d’autres produits, ils te taxent. Si tu ne paies pas, ils te passent à tabac et ils confisquent les produits », a dit ce témoin.

Cette situation a fait que plusieurs personnes, notamment des commerçants ont refusé de prendre cette itinéraire, l’unique route un peu sûre en ce moment dans le pays, qui ravitaille la ville de Bangui en denrées alimentaires, notamment le manioc qui est l’aliment de base des centrafricains.

« Notre sécurité est menacée et nos commerces aussi. Nous ne pouvons plus emprunter cette route. Nous avons connu les mêmes tracasseries sur les axes de Damara et de Boali. Mais avec la présente situation, nous craignons pour la chute de notre chiffre d’affaire, alors que les nouvelles autorités affirment que l’économie est leur priorité », a mentionné Bénédicte Yango, une commerçante à Bangui.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :