Bangui : Les opérations de désarmement se poursuivent avec d’énormes difficultés

Bangui, 12 avril 2012 (RJDH) – D’énormes difficultés entravent en ce moment les opérations de désarmement des rebelles de la coalition Séléka, engagées depuis deux jours à Bangui. Des échanges de tirs ont été signalés entre les membres de la police militaire chargés du désarmement et les rebelles récalcitrants. Des leaders militaires de la Séléka minimisent toutefois l’ampleur de ces incidents.

Les opérations du désarment et de cantonnement des rebelles de la Séléka qui ont commencé mercredi, peinent à se concrétiser. Plusieurs éléments de la Séléka sont encore visibles en ville avec des armes en main, alors qu’un arrêté ministériel des nouvelles autorités, interdit ces pratiques.

Dans plusieurs localités de Bangui, les membres de la patrouille militaire, chargés du désarmement des rebelles se sont buttés au refus des rebelles de déposer les armes et de regagner les sites de cantonnement. Plusieurs échanges de tirs sont alors découlés de ces opérations.

Jeudi, au niveau du commissariat de 5e arrondissement de Bangui, des échanges ont été signalés. Un officier de la Séléka a refusé avec ses éléments de déposer les armes et de regagner les sites prévus pour leur cantonnement. Une intervention d’autres éléments de la Séléka, a permis de calmer la tension et l’officier récalcitrant refuse encore de déposer les armes, sous prétexte que lui et ses hommes, n’ont pas de domiciles, ni de parents à Bangui, ni de sources de revenus pour se prendre en charge en cas de cantonnement.

Des tirs de sommation continuent de faire des victimes

Pendant ce temps, environ 11 personnes ont été grièvement blessées suite à l’explosion d’une arme lourde, vers la fin de l’après-midi de ce jeudi, au quartier Gbakodjia, toujours dans le 5e arrondissement de Bangui. Les victimes, à majorité des enfants, sont encore sous soins d’urgence à l’Hôpital Communautaire de Bangui et le Complexe pédiatrique. Les habitants de cette localité ont été traumatisés par ces tirs.

« Il s’agit de 10 mineurs dont l’âge varie entre 4 à 13 ans et d’un adulte âgé de 20 ans. Après avoir été amenés ici, tous ont été transférés immédiatement au complexe pédiatrique de Bangui pour des soins  », a affirmé un urgentiste de l’Hôpital Communautaire au RJDH.

Selon l’information rapportée par un habitant du quartier où a eu lieu le drame, le projectile s’est explosé parmi les enfants, alors qu’ils étaient en train de jouer. La même source a fait savoir qu’un officier de la Séléka qui s’est rendu sur le lieu  pour  le constat, mentionne que l’arme lourde a été tirée suite à un mauvais manœuvre lors d’une opération de désarmement qui a mal tournée.

Entre temps, dans le 8e arrondissement de la ville de Bangui, les habitants ont été perturbés vers la fin de l’après-midi, par des tirs d’armes. Selon un témoin, «  les éléments de la Séléka sont venus d’abord dans la matinée pour nettoyer le locale de l’ONG dénommé  ‘’Léa Clarisse’’ appartenant à un proche parent du président déchu François Bozizé, qu’ils avaient déjà pillés ».

Il poursuit en disant que « c’est aux environs de 17 heures qu’ils sont venus à bord de voiture Pick-up, pour s’installer dans ce local, qui serait désormais leur base. Ils ont  tiré  des coups de feu et ce matin aussi nous étions réveillés par des détonations des armes tirés par ces mêmes éléments. Nous ignorons encore jusque là, la  raison ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 464 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :