Bangui : Timide reprise des activités dans la capitale après un week-end tumultueux

Bangui, 17 avril 2013 (RJDH)- Les activités semblent reprendre ce matin  dans la capitale centrafricaine, après un week-end marqué par des scènes de tueries et de pillages orchestrés par des éléments de la coalition Séléka. Le leader de la coalition Séléka,  Michel Djotodja a annoncé le mardi 16 avril, lors d’une rencontre avec les commandants de cette rébellion, des mesures sécuritaires pour mettre fin à l’insécurité. Certaines personnes se disent soulageés, par contre d’autres sont sceptiques.

D’après le constat fait ce matin par le RJDH, la circulation a repris. On note la présence des  taxis et les bus qui quittent  le centre ville de Bangui à destination du 7ème arrondissement et le 4ème arrondissement. Le commerce a également repris dans certains marchés de la place.

« Depuis hier quand le président Michel Djotodja a pris cette mesure, nous n’avons pas écouté un seul coup de feu, dans notre quartier. Nous avons passé une nuit paisible. La circulation reprend par rapport au week-end dernier », a déclaré un habitant du quartier Galabadja, dans le 8ème arrondissement de Bangui.

Pour Prudence Déréssio, habitant le quartier Ben-vi, « nous avons constaté un timide retour au calme après cette décision. Ce matin j’étais parti à Ouango dans le 7ème arrondissent, pour faire mes achats, la vie reprend petit à petit ».

Pour certaines personnes, malgré  cette décision, des éléments incontrôlés  de la Séléka continuent de faire des tirs de sommation dans les quartiers et les pillages aussi continuent.

« Je ne vois pas l’intérêt de cette mesure. Dans ma localité, les tirs continuent. Cette nuit, nous avons écouté des tirs jusqu’au petit matin. Et certains éléments de la Séléka ont encore des armes à la main et se promènent dans les quartiers », a témoigné un habitant du quartier de Miskine, sous couvert de l’anonymat.

La même source a par ailleurs souligné que la mesure sécuritaire prise par Michel Djotodja, « est une manière pour lui de montrer à l’opinion nationale et internationale qu’il a le contrôle de ses troupes,  alors que ces derniers continuent de piller les gens. »

Lors d’une série de rencontres qu’il a organisés le mardi 16 avril, le président centrafricain de la transition avait annoncé des mesures sécuritaires dans la capitale ainsi qu’à l’intérieur du pays.

Michel Djotodja a également  évoqué la possibilité de faire appel aux militaires tchadiens pour sécuriser la ville. Le leader de la coalition Séléka a aussi parlé du cantonnement des combattants de la Séléka, 1000 au total, dont certains sont accusés d’être responsables de l’insécurité dans la ville.

Certains arrondissements de la ville Bangui, notamment le 4ème et 7ème ont été le théâtre de pillages et des exactions par des éléments de la Séléka la semaine dernière. Ces derniers ont ratissé maison par maison.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 465 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :