Bangui : Difficile reprise des activités administratives

Bangui,18 avril 2013 (RJDH)-Les activités socioprofessionnelles peinent à reprendre dans les administrations publiques. Cette situation est liée au pillage dans les différents services Etatiques et à l’insécurité qui persiste encore dans le pays.

D’après le constat fait ce matin par le RJDH, dans certaines administrations publiques, une bonne partie des agents de l’Etat n’ont pas encore repris le chemin de travail. La plupart des bureaux administratifs sont restés fermés. D’autres qui sont ouvert n’ont pas de matériels.

Au niveau de la mairie de Bangui, qui a aussi fait l’objet de pillage, le constat est amer. Quelques agents sont à leurs postes. Mais ces derniers ne disposent pas de matériels, ni de l’accessoire pour faire le travail.

«Nous sommes présentement debout sur les pieds ne sachant quoi faire.  Le personnel de la mairie de Bangui a la volonté de reprendre le travail, mais le manque de matériels empêche de travailler. Nous attendons un financement, soit du gouvernement ou des pays amis pour avoir quelques matériels », a souligné Basile Akélélo, 1er adjoint au maire de ville de Bangui.

Il a également précisé que la peur et la psychose dominent encore l’esprit de certains agents de la mairie à cause de l’insécurité qui persiste dans le pays.

Au ministère des postes et de télécommunication, les horaires de prise de service et de la fin ont été modifiés par les agents. « Avec la fragilité de la paix et la sécurité, le personnel arrive d’une manière irrégulière. Avant, les heures de service dans toutes les administrations publiques étaient fixées de 7h 30 à 15h00. Actuellement, vu le problème d’insécurité qui est encore là, les heures de travail ont été modifiées volontairement par les agents. Ces derniers arrivent au bureau à partir de 8h 00 et repartent à la maison à 12 heures », a fait savoir un agent de ce ministère, sous couvert de l’anonymat.

Il poursuit en disant que la reprise effective et régulière est conditionnée à l’instauration de la sécurité et la paix. « Les travailleurs ne peuvent pas exercer leur fonction dans le désordre, dans la peur et l’insécurité », a-t-il conclu.

Un agent du trésor public a,  quant à lui, souligné que les travaux de la réhabilitation des locaux ont démarré. « Nous avons commencé par le nettoyage des locaux saccagés par les éléments de la coalition séléka. Pour le moment la reprise ne peut pas  être effective tout de suite », a-t-il.

Lors de la prise de pouvoir par la coalition Séléka, le dimanche 24 mars, plusieurs structures administratives ont été pillées. Certains hommes de cette rébellion ont utilisé certains bâtiments administratifs comme leur base et y demeurent encore.

Publicités
Comments
One Response to “Bangui : Difficile reprise des activités administratives”
  1. MANDAPOU Jean-Paul dit :

    en allant au travail et même s’il y a encore le matériel, on ne pourra pas s’asseoir sans peur avec tout ce qui se passe. Quelques éléments de seleka ce jour devant le cave des amis vers Miskine ont arrêté un taxi et lui on intimidé en disant que c’est lui qui heurté une personne et s’est mis à fuir, nous t’avons trouvé? Celui-ci refuse et l’un l’enlève la clef de contact en lui disant de les suivre en face où il y a un lieu de vente de méchoui et boisson  »Anzité »… à suivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse email pour suivre ce blog et recevoir les notifications de nouveaux messages par email.

    Rejoignez 4 462 autres abonnés

  • RJDH – RCA

  • Avec le soutien de:

  • Internews

    Internews est une organisation internationale à but non lucratif dont la mission est de supporter les médias locaux dans le monde entier pour donner aux gens les nouvelles et les informations dont ils ont besoin, la possibilité de se connecter et les moyens de faire entendre leur voix. Internews soutient financièrement le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme et il n'est pas responsable des choix éditoriaux que le Réseau des journalistes pour les Droits de l'homme fait en termes de contenu.
%d blogueurs aiment cette page :